Une semaine de Bourse - L'économie mondiale met les marchés sous pression

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont accusé leur deuxième semaine consécutive de baisse, pénalisés par le regain d'inquiétude concernant la croissance mondiale. Le CAC 40 a clôturé aujourd'hui en baisse de 0,42% à 4 301,24 points au terme d'une série de quatre séances de baisse d'affilée. Résultat, la Bourse de Paris a abandonné 2,88% depuis lundi et 7,24% depuis le début de l'année. Les autres principales places européennes ont connu le même sort, comme l'illustre le repli hebdomadaire de 2,97% de l'Euro Stoxx 50.

Wall Street a été davantage épargné par la défiance des investisseurs qui espèrent un geste de la Fed. A l'approche de la mi-séance, le Dow Jones cédait seulement 0,03% à 17 655,51 points pour porter à environ 0,7% sa perte hebdomadaire.

Les marchés ont pâti cette semaine d'une série d'indicateurs économiques dégradés témoignant du ralentissement plus marqué que prévu de la Chine, de l'Europe et des Etats-Unis.

Dans cet environnement morose, les investisseurs espéraient cet après-midi une bonne nouvelle sur le front de l'emploi américain, considéré comme un indicateur de référence de la santé du pays. Or, ils sont restés sur leur faim. Les Etats-Unis ont en effet créé 160 000 emplois le mois dernier, soit 42 000 de moins qu'attendu en moyenne par le marché. Cette contre-performance inattendue a relancé la spéculation au sujet de la stratégie de la Fed. Pour certains économistes, l'institution pourrait retarder sa prochaine hausse des taux à l'année prochaine et non plus d'ici fin 2016.

A la Bourse de Paris, les valeurs cycliques ont été les plus malmenées par ce retour de l'aversion pour le risque. En repli de plus de 10% en cinq séances, LafargeHolcim accuse la plus mauvaise performance du CAC 40 devant Technip (-7,2%) et Schneider Electric (-5,4%).

Considérée comme une valeur défensive, Engie a pourtant cédé 7,1% cette semaine, pénalisée par un chiffre d'affaires trimestriel jugé décevant. Enfin, le climat général a pesé sur BNP Paribas (-4,3% depuis lundi) et Société Générale (-4,1%), qui n'ont pas bénéficié de la publication de résultats trimestriels pourtant supérieurs aux attentes.

(P-J.L)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant