Une semaine de Bourse - Deuxième semaine de hausse pour le CAC 40

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont terminé la semaine sur une note prudente. La Bourse de Paris a abandonné 0,29% à 4 569,66 points, poursuivant le mouvement de consolidation entamé hier après le rebond de près de 17% du CAC 40 par rapport à son point bas du 11 février. Ces prises de bénéfices n'empêchent toutefois pas le CAC 40 de signer sa deuxième semaine de hausse consécutive (+1,66%). Dans le reste de l'Europe, la tendance est similaire. L'EuroStoxx 50 a terminé ce soir sur un repli de 0,34%, mais affiche un gain hebdomadaire de 2,84%.

Wall Street affiche de son côté le même mouvement. Le S&P500, l'indice de référence des gérants, recule de 0,3% à l'approche de la mi-séance après s'être rapproché mercredi de son record historique.

La prudence des investisseurs a été alimentée ce matin par l'annonce du ralentissement inattendu de la croissance du secteur privé dans la zone euro en avril. L'indice PMI Markit composite (synthèse entre l'industrie et les services) a ainsi reculé de 0,1 point à 53, un plus bas de deux mois, contre une légère hausse à 53,2 prévue par le consensus Reuters.

Soucieux de préserver leurs gains hebdomadaires, les opérateurs n'ont pas, contrairement aux habitudes, réagi à la hausse des cours du pétrole (+2,29% à 44,17 dollars pour le baril de Brent vers 17h). L'or noir, principal moteur des actions en début de semaine, est bien parti pour enregistrer sa plus forte hausse hebdomadaire depuis le début de l'année (près de 11%).

En revanche, les marchés actions européens ont été pénalisés par la baisse généralisée du secteur automobile déclenchée par les résultats trimestriels décevants de Daimler. La maison-mère de Mercedes a également ravivé les inquiétudes sur les pratiques des constructeurs en matière de tests anti-pollution en annonçant l'ouverture d'une enquête interne sur ses processus de certification en la matière aux Etats-Unis, à la demande des autorités judiciaires américaines.

Dans le sillage de Daimler (-5,12%), Peugeot a cédé 1,74% et Renault, 0,42%. C'est cependant Kering qui a accusé la plus forte baisse du CAC 40 (-5,37%) après la publication d'un chiffre d'affaires moindre que prévu au premier trimestre.

(P-J.L)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant