Une salariée du tunnel du Mont-Blanc en voie de radicalisation licenciée

le , mis à jour le
2
Un camion entrant dans le tunnel du Mont-Blanc, photo d'illustration.
Un camion entrant dans le tunnel du Mont-Blanc, photo d'illustration.

Il y a quelques semaines, une perquisition a été menée chez une employée de la société ATMB qui exploite l'autoroute blanche et le tunnel du Mont-Blanc. Celle-ci a révélé qu'il existait des « risques de connexion avec les milieux djihadistes »... Des inquiétudes transmises à son employeur, qui a donc décidé de la licencier.

La salariée en voie de radicalisation avait en effet accès à des informations sensibles puisque, chaque jour, le tunnel est fréquenté par des milliers de camions et de voitures. Il constituerait donc un point névralgique de choix pour un attentat terroriste. Le site est d'ailleurs considéré comme le plus sensible du département de Haute-Savoie. Selon les informations de France 3 Alpes, même s'il n'y avait pas de menace directe immédiate, « l'ATMB n'aurait pas voulu courir le moindre risque, alors que des millions d'euros sont dépensés chaque année pour la sécurité et la surveillance du tunnel ».

2 900 perquisitions depuis les attentats

Ce licenciement intervient dans le contexte de l'état d'urgence, où les perquisitions ont été multipliées et ont permis de déjouer des attentats prévus sur le territoire français. « Nous avons démantelé 18 filières de recrutement. Nous avons procédé à l'arrestation de 11 groupes qui allaient perpétrer des attentats. Et nous avons empêché depuis le printemps 6 attentats », a d'ailleurs rapporté le ministre de l'Intérieur,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2734309 il y a 11 mois

    C'est surement pas UN suédois, puisque c'est une salariée !

  • cavalair il y a 11 mois

    c'est surement un Suedois qui vient d'immigrer. Une chance pour la France