Une Roma redimensionnée ?.

le
0
Une Roma redimensionnée ?.
Une Roma redimensionnée ?.

Balayée par le Bayern Munich, mardi soir, au stadio Olimpico (1-7), l'AS Roma a clairement pris une claque dans la gueule. Pourtant, les Romains restent deuxièmes de la poule. Juste un jour sans, ou une alerte pour la suite ?

C'est forcément une défaite qui fait mal à la tête. 7-1 à la maison. Le parallèle avec Brésil-Allemagne est tellement évident que cela en est presque flippant. Une équipe allemande qui mène 5-0 après une demi-heure, dont un but de Thomas Müller, un public abasourdi, l'équipe adverse qui tente de réagir en début de seconde période, mais qui tombe sur un Neuer impérial. Seul changement : face au Brésil, l'Allemagne avait encaissé un but alors qu'elle menait 7-0. Cette fois-ci, la Mannschaft de Munich a pris un pion alors qu'elle avait 5 buts d'avance, mais en a remis deux derrière. Un détail. Le fait est que cette défaite fait mal. Dans les têtes, d'abord. Depuis qu'il entraîne la Roma, c'est la deuxième fois, seulement, en 52 matchs, que Rudi Garcia semble impuissant face à plus fort que lui. La première fois, c'était le 5 janvier dernier, un 3-0 encaissé à Turin contre la Juve de Conte. Depuis le début de l'exercice 2014-15, la Roma semblait souveraine. En championnat, elle a remporté pratiquement tous ses matchs assez facilement (en encaissant un seul but lors de ces six victoires) et ne s'est inclinée que sur la pelouse de la Juventus, 3-2, au terme d'un match aux mille controverses. Même en Ligue des champions, la Louve a impressionné. 5-1 face au CSKA Moscou, un très bon nul 1-1 sur la pelouse de Manchester City. En d'autres termes, rien ne semblait prédestiner les Romains à une telle déconvenue face au Bayern. Et pourtant.
Robot Neuer
Comme pour Brésil-Allemagne, difficile d'analyser un match au résultat aussi absurde. Le score semble dire qu'il y a un monde d'écart entre les deux formations. Le fait est que le match aurait pu prendre une tout autre tournure. Car d'un côté, il y a un gardien qui a tout arrêté, Neuer, et de l'autre, un De Sanctis qui n'a pas touché le ballon, et qui est même parfois coupable sur certains buts (le deuxième de Robben, notamment). Quand le Bayern menait 1-0, la Roma a eu une énorme occasion pour égaliser, mais Neuer s'est dressé en face d'elle. Cela aurait fait 1-1, ce n'était plus le même match. Après, avec des si, on refait le monde. Mais comme l'a admis Guardiola en personne au terme de la rencontre, « le score ne reflète pas un tel écart entre les deux équipes ».

Plusieurs choses, donc, pour expliquer cette défaite. D'abord, Rudi Garcia n'a peut-être pas choisi la bonne stratégie. En Serie A, la Roma a l'habitude de mettre en place...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant