Une rivalité entre Valence et Séville, vraiment ?

le
0

Longtemps dans l'anonymat, les duels entre Chés et Sevillistas offrent depuis le début du siècle l'une des rivalités les plus féroces sur les prés espagnols. Un antagonisme qui s'articule autour de doubles-confrontations calientes et de polémiques presque historiques.

Du Pays Basque à la Galice, en passant par la Catalogne ou la Castille, la loterie de Noël est une institution outre-Pyrénées. Même du côté de Séville, aucun badaud ne peut s'exempter de participer à cette tombola géante et institutionnalisée. Aux abords de l'hiver 2014, la peña sevillista d'Ubrique, non loin de Cadiz, décide donc de personnaliser ses tickets de loterie aux couleurs rouge et blanche de leurs Palanganas. Jusque là, rien de nouveau sous le soleil andalou, au détail près que ce fameux coupon humilie gentiment le Valence CF : au cri rageur de Stéphane Mbia se succèdent ainsi les visages de trois Chés, déconfits suite à une défaite face à Séville, et d'une phrase : "Tu veux vraiment passer à côté de cela ? Fais attention, sinon tu vas avoir une tête de perdant ". Un humour potache qui, loin de déclencher des heurts, raconte la nouvelle rivalité entre FC Séville et Valence CF. Nouvelle, car elle ne répond qu'à de récents contentieux qui ne dépassent jamais le strict cadre sportif. Pour sûr, depuis 2004, les deux fanions se sont déjà affrontés à trente reprises pour ce qui est devenu le Clasico espagnol du pauvre.

Séville ne lâche pas sa Ligue Europa

Guéguerres entre directions et montée en puissance


Dater le début de cette rivalité n'est pas chose aisée. Pour autant, une date sort du lot : le 9 mai 2004. Au soir de cette 36ème journée de Liga, une victoire 0-2 au Ramon Sanchez-Pizjuan permet au Valence de Rafa Benitez de trôner sur le championnat espagnol. Les Vicente et Baraja, étendards d'un fanion Ché qui flotte au-dessus de la mêlée, ne reçoivent pourtant que des applaudissements de la part du peuple de Nervion lorsqu'ils grimpent les quelques marches qui séparent la pelouse de la loge où se trouve le si précieux sésame. Depuis, aucun duel ne connaitra telle quiétude. "J'ai vécu cette rivalité des deux côtés, et elle grandit Séville et Valence."Unai EmeryPorque ? Loin d'affrontements entre aficionados, de guéguerres entre directions, cet antagonisme se raconte le plus simplement du monde par la montée en puissance du FC…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant