Une rentrée sous tension pour la gauche

le
0
Mélenchon s'est livré dimanche à une attaque en règle des cent premiers jours de Hollande, amenant Montebourg à voler au secours du président.

Le ton est désormais donné. À gauche, la rentrée se fera en ordre dispersé et dans un climat tendu. Arnaud Montebourg, dont la compagne Audrey Pulvar a récemment critiqué, dans un éditorial des Inrockuptibles , la gestion du dossier des Roms, a d'ailleurs été contraint dimanche de se faire l'avocat du président de la République et du gouvernement, depuis le village bourguignon de Frangy-en-Bresse, où il assistait comme chaque année à la traditionnelle Fête de la rose.

Aux côtés de sa collègue des Affaires sociales, Marisol Touraine, le ministre du Redressement productif a défendu bec et ongles les cent premiers jours de François Hollande. «Ce n'est pas en cent jours qu'on change le pays, c'est en au moins cinq ans, puisque le mandat est de cinq ans.» Lui-même, en charge de l'industrie française, «réclame cinq années pleines» pour «reconstruire pierre après pierre une industrie, la mener sur le chemin de la renaissance». Montebourg a aussi pris les devant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant