Une rentrée scolaire en ordre dispersé

le
0
Moins d'un quart des élèves bénéficieront de la semaine de 4 jours et demi voulue par Vincent Peillon.

C'est la partie très visible de la «Refondation de l'école» par Vincent Peillon. Adopté le 24 janvier 2013, le décret sur les rythmes scolaires, qui a valu au ministre sa première grève enseignante, entre en application dans 20 % des communes de France. À Paris, Nantes, Grenoble, Toulouse, Aubervilliers, Saint-Denis et nombre de petites villes, 1,3 million d'élèves (soit 22,3 % des effectifs) prendront désormais le chemin de l'école le mercredi matin. Une réforme qui, avec cette demi-journée supplémentaire, permettra d'étaler les apprentissages.

Si les enseignants reconnaissent le bien-fondé d'un tel changement, ils restent circonspects à l'égard du fameux temps «périscolaire» (3 heures hebdomadaires), ces ateliers culturels et sportifs pris en charge par les communes et associations. «Nous revendiquons notre professionnalité sur ce terrain. Pourquoi de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant