Une renaissance pour Hatem Ben Arfa

le
0
Une renaissance pour Hatem Ben Arfa
Une renaissance pour Hatem Ben Arfa

Pour son grand retour en équipe de France, Hatem Ben Arfa, le milieu de terrain offensif (ou attaquant) de Nice, a évidemment eu droit à un passage en conférence de presse. Présent ce mardi devant les journalistes, l'ancien Lyonnais et Marseille revient sur les galères et le chemin parcouru pour retrouver les A.

Hatem Ben Arfa, que vous inspire ce grand retour chez les Bleus ?
C'est un honneur et une fierté de revenir à Clairefontaine après trois ans. Je savoure chaque moment et j’espère que ça va continuer. Cela a été beaucoup de travail depuis un certain temps. Il s’est passé beaucoup de coups durs dans ma vie. Je prends ce retour comme une récompense. C’est une renaissance sportive car j’ai passé six mois sans jouer. Avant ça, je jouais avec la réserve à Newcastle et Hull City. Aujourd’hui, c’est surtout une récompense après tout le travail effectué. Je suis heureux.

Clairefontaine a-t-il changé durant votre absence ?
Il y a des choses qui ont changé. J'ai voulu aller aux toilettes, je me suis perdu.

Quel peut être votre rôle dans le 4-3-3 de l’équipe de France ?
C’est un système que j’ai connu à Lyon et à Newcastle. J’aime bien jouer sur les deux côtés, mais j’ai plus joué à droite lors de ma carrière.

Une discussion positive avec Deschamps

Avez-vous discuté avec Didier Deschamps ?
La discussion a eu lieu ce matin (mardi). On a discuté de tout ce qu’il s’est passé. Il n’y a pas eu d’excuses, on a remis les choses dans leur contexte. Depuis le départ, ce n’était pas un problème avec le sélectionneur. C’était plus un problème avec le club de l’OM. Le club m’avait donné un engagement et ça s’est mal fini. Mais il n’y a aucun problème avec Deschamps. Ce matin, ça s’est bien passé. On a rigolé.

Donner le maximum pour durer cette fois-ci

L’Euro est-il clairement un objectif ?
J’y pense oui et non. Il peut se passer beaucoup de choses avant d’y être. C’est un objectif car ça serait un truc de malade de jouer une telle compétition en France. Mais l’objectif est d’abord de me concentrer sur ces deux matchs à venir (contre l’Allemagne et l’Angleterre). Je suis là pour donner le maximum. Ça se fait sur le terrain et en dehors du terrain. Dès aujourd’hui, je vais donner le maximum pour que la France aille le plus loin possible à l’Euro.

Vous êtes le seul représentant de la génération 87. Que s’est-il passé ?
Dans le foot, le chemin est difficile. Quand on est jeune, on ne s’attend pas à ça. Réussir sur la durée, rester en haut, c’est difficile mais ce n’est pas fini. Il reste du temps.

Personnellement, comment explique-vous votre retard par rapport aux promesses affichées au début de votre carrière ?
C’est mon cheminement. J’ai 28 ans, il y a eu des hauts et des bas. C’est comme un enfant, il apprend. L’équipe de France, c’est les parents. Quand ça ne se passe pas bien tu es puni et quand ça se passe mieux, tu es récompensé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant