Une religieuse française canonisée par le pape, en présence de Cazeneuve

le , mis à jour à 17:27
0
Une religieuse française canonisée par le pape, en présence de Cazeneuve
Une religieuse française canonisée par le pape, en présence de Cazeneuve

Le pape François a déclaré « saintes » dimanche matin quatre religieuses ayant vécu au XIXe siècle, une Française, une Italienne et deux Palestiniennes, en engageant la foule à suivre leur « exemple lumineux ».

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le ministre français de l'Intérieur, traditionnellement chargé aussi des Cultes, Bernard Cazeneuve, assistaient à cette messe en plein-air sur la place Saint-Pierre (Vatican) pour élever Mariam Bawardi (1846-1878), Marie-Alphonsine Ghattas (1843-1927), Jeanne-Emilie de Villeneuve (1811-1854) et Maria Cristina dell'Immacolata (1856-1906).

Devant une foule nombreuse, et sous un beau soleil, le pape François a exalté les parcours des quatre religieuses, « modèles de sainteté, que l’Église nous invite à imiter » et dont les portraits ornaient la façade de la basilique. Alors que des drapeaux palestiniens flottaient place Saint-Pierre, le pape a rappelé que la Palestinienne Mariam Bawardi avait été pendant toute sa vie un «instrument de rencontre et de communion avec le monde musulman». François a souhaité que les «Chrétiens de ces terres (le Proche et le Moyen Orient, ndlr) se tournent avec espoir vers l'avenir».

Quant à Jeanne-Emilie de Villeneuve, elle «a consacré sa vie à Dieu et aux pauvres, aux malades, aux prisonniers, aux exploités», a rappelé François. Fondatrice en 1836 de la congrégation de Notre Dame de l'Immaculée Conception à Castres (Tarn), Jeanne-Emilie de Villeneuve est décédée du choléra après avoir vu son ordre essaimer en Afrique. Des centaines de « petites sœurs bleues de Castres » œuvrent aujourd'hui encore pour l'éducation et la santé des plus démunis.

Cazeneuve va s'entretenir avec le pape

Après la cérémonie, Bernard Cazeneuve, qui était vendredi au Niger et hier à la frontière franco-italienne, rencontrera le chef de l'église catholique pour un entretien hautement politique, au cours duquel seront abordés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant