« Une réforme fiscale pour dépanner la France ? » - Tchat avec Alain Trannoy du Cercle des économistes

le
18

Le gouvernement a récemment annoncé une remise à plat de la fiscalité. Une réforme va donc être menée mais pour quel résultat ? Selon Alain Trannoy, l'exécutif devrait se pencher avant tout sur le traitement fiscal des revenus du travail.

La France est en panne. Le débat sur la réforme fiscale peut être salutaire, s'il ne perd pas de vue le problème de fond de l'économie et de la société française qui est celui de la croissance et de l'emploi. Cette question constitue la préoccupation majeure des français, sur laquelle le Président de la République a demandé à être jugé. Il s'agit de réfléchir aux changements du système fiscal qui peuvent nous ramener progressivement sur le chemin du plein emploi.

C'est un vaste sujet mais je voudrais me focaliser ici sur le traitement fiscal des revenus du travail. Le travail est lourdement pénalisé par le poids des cotisations sociales. Il n'est pas suffisamment rémunérateur pour les peu qualifiés par rapport au non emploi. Enfin, le travail des femmes est découragé par le système du quotient familial. Une réforme d'ensemble serait salutaire pour permettre tant à la demande de travail des entreprises que l'offre de travail des ménages d'augmenter, et ainsi de faire reculer le chômage. Les grandes lignes d'une telle réforme sont les suivantes :

1- Le basculement des cotisations sociales patronales et salariales sur la CSG concernant la branche famille et la branche maladie à l'exception du paiement des indemnités journalières. La CSG a une base plus large que les seuls salaires. Donc, l'augmentation du taux de CSG serait plus faible que la baisse du taux des cotisations sociales, d'où une baisse du coût du travail qui inciterait les entreprises à embaucher plus et à rendre le site de production France plus attractif.

2- La suppression de l'année de décalage entre le revenu et l'impôt. Supposons que l'on annonce que l'impôt sur le revenu sera prélevé à la source le 1er janvier 2016. Les revenus de 2016 seraient imposés en 2016, les revenus de 2014 seront imposés en 2015. Et les revenus de 2015 ? Ils ne seront pas imposés du tout ! C'est comme si les Français bénéficiaient légalement d'une année de revenus totalement défiscalisés. Quelle aubaine et quelle occasion de travailler en 2015 plus sans avoir peur d'en donner une partie au fisc ! L'Islande a expérimenté une telle transition en 1987 avec un choc positif de l'emploi en particulier pour les femmes. (Voir pour des détails, Alain Trannoy, « Il faut une révolution fiscale. Qu'en pensent les économistes », Ed. Les Echos-Eyrolles).

3- Si plus de femmes se mettent à travailler en 2015, il serait dommage qu'elles y renoncent en 2016 par suite d'un système fiscal pénalisant. L'impôt totalement individualisé pour les revenus du travail est la solution pour assurer la justice fiscale entre hommes et femmes.

4- Nous avons trois systèmes d'aide aux bas-revenus, le RSA, la PPE et les aides au logement, d'où un système peu lisible. Fusionner le tout pour en faire un système simple et qui encourage le retour à l'emploi doit être une priorité.

Et la justice, trouve-t-elle son compte dans cette réforme ? Oui, car le chômage est la forme d'impôt la plus régressive qui soit : il touche d'abord les peu qualifiés.

Alain Trannoy


Alain Trannoy, directeur de l'Ecole d'économie d'Aix-Marseille et directeur d'études à l'EHESS Marseille, vous répondra lundi 2 décembre à 17h. A vos questions !

Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Marseille, agrégé et docteur d'Etat en économie, Alain Trannoy dirige l'Aix-Marseille School of Economics et a dirigé le directeur de l'Institut d'économie publique de Marseille. Il est notamment membre du Conseil économique et du développement Durable et du CAE.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nestotor le vendredi 24 avr 2015 à 20:01

    test test

  • M7813180 le mardi 3 déc 2013 à 22:47

    quel est le statut de ce monsieur expert en economie ? fonctionnaire je suppose : c'est sans doute pour ca qu 'il ignore le domaine des depenses publiques pour diminuer les impots .

  • M2542298 le mardi 3 déc 2013 à 16:09

    qu'est ce qu'il nous apporte ce spécialiste de la langue de bois , pour dimimuer les impotssuffit de diminuer les dépenses de l'état et pis c'est tout .

  • OSS119 le mardi 3 déc 2013 à 13:57

    Si on pouvait virer ce mec, qui n'apporte rien et ne comprend rien. On ferait une économie...

  • OSS119 le mardi 3 déc 2013 à 13:56

    Fusionner RSA (pour ceux qui bossent pas), PPE (pour ceux qui travaillent), et alloc logement, n'a pas de sens. C'est idiot. Et réduire les revenus sociaux pour inciter à travailler ceux qui sont entretenus par la société ? Non ? Ce n'est pas concevable ?

  • OSS119 le mardi 3 déc 2013 à 13:53

    Lol. On passe l'IR au prélèvement à la source et les contribuables gagnent une année d'imposition... Il se fout de la G à qui ? Alors qu'il démontre le contraire en plus !

  • faites_c le mardi 3 déc 2013 à 10:51

    Et ce monsieur est qualifié d'expert? Il espère que nos élus vont gommer 1 an d'impôts sur le revenu en passant au prélèvement à la source alors que nous avons une dette approchant 1000 milliards à rembourser! Sincèrement ce gars est un charlot de 1ère et j'espère sincèrement qu'il n'est pas payé pour être membre du Conseil économique et du développement Durable et du CAE.

  • noterb1 le mardi 3 déc 2013 à 09:51

    à lorant21l'expansion citant challenges :"À 330 milliards d'euros, la richesse des 500 premières fortunes professionnelles de l'Hexagone a fait un bond de 25% en un an, et a été MULTIPLIE PAR QUATRE en 10 ans, selon le dernier classement de Challenges " Sans commentaire ...

  • scheyde1 le mardi 3 déc 2013 à 09:13

    Si l'on veut revenir dans les premiers au niveau mondial dans la course au développement, il me semble impératif de planifier un taux de prélèvement obligatoire de 35% au lieu de 46% aujourd'hui. Cela est réalisable sur une période de 10 ans. Il suffit de le décider.J'ai fait toute ma carrière dans le privé, je suis donc totalement bio à l'inverse de M Trannoy qui a été pollué par tous les pesticides des différentes strates administratives.

  • olmaro le lundi 2 déc 2013 à 23:54

    Alain Trannoy est membre du conseil d'analyse économique qui préconisait il y a peu de faire payer au propriétaire un loyer correspondant à ce qu'il paierait pour louer leur propre maison. Le conseil d'analyse économique est l'un des organes de propagande économique du parti socialiste. Déplorable sous couvert de justice sociale de faire payer plus d'impôt aux classes moyennes déjà saignées par ce gouvernement.