Une psychologue : «Bartoli a vécu Wimbledon comme la fin d'un cycle»

le
0
Une psychologue : «Bartoli a vécu Wimbledon comme la fin d'un cycle»
Une psychologue : «Bartoli a vécu Wimbledon comme la fin d'un cycle»

Mélanie Maillard, psychologue clinicienne, intervenante auprès de sportifs de haut niveau pour la Fédération française de tennis, s'exprime sur les possibles motivations de Marion Bartoli de mettre fin à sa carrière, sur la base de son expérience des ressorts mentaux des champions.

« Comment comprendre la décision de Marion Bartoli ? Sa victoire à Wimbledon a t-elle entraîné un sentiment d'achèvement?

Mélanie Maillard. Le jour où elle a gagné Wimbledon, elle a accouché d'elle-même. Quand on réalise une oeuvre, en tant qu'être humain, soit on le vit comme une étape, soit comme une fin en soi. Elle l'a vécu comme la fin d'un cycle. Ensuite, il y a une phase de deuil dû à l'accomplissement. On parle de « petite mort psychique » en psychologie. Le tennis a toujours été son moyen de prouver sa valeur aux autres, son moyen d'extériorisation.

Elle aurait pu continuer juste pour son plaisir...

Jouer à haut niveau sans pression est impossible avec ce qu'elle a vécu durant toutes ces années car il n'est pas possible mentalement d'exercer à haut niveau dans la légèreté ce qu'on a exercé dans la rigueur et la souffrance toute sa vie.

Pensez-vous que l'envie de fonder une famille, d'être épouse et mère soit un facteur déterminant ?

Il y a deux facteurs. Un : une femme ne peut pas porter la vie et faire des entraînements durs. Etre femme pleinement sous-entend forcément l'arrêt au moins momentané de la carrière. Deux: les sportives ont toujours été obligées de se calquer sur le modèle viril masculin. Elles doivent laisser leur côté féminin au vestiaire et cela est vécu comme une mutilation, qu'elle soit consciente ou inconsciente. C'est un sacrifice psychologique pour toutes les sportives. Donc à un moment, elles en viennent à se demander, avec l'âge, si le jeu en vaut la chandelle.

Dans le cas précis de Bartoli, on sait qu'elle ne fait jamais deux choses en même temps. Pour se justifier de ne pas avoir le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant