Une psychiatre jugée à cause de son patient criminel

le
0
Pour la première fois, un médecin est accusé de n'avoir pas correctement suivi un patient schizophrène.

Un procès tout à fait singulier doit avoir lieu, mardi, devant le tribunal correctionnel de Marseille. Pour la première fois en France, une psychiatre répond d'«homicide involontaire» pour n'avoir pas diagnostiqué la maladie dont souffrait l'un de ses patients, lequel, dans une crise délirante, a assassiné le compagnon de sa grand-mère, le 9 mars 2004.

Depuis février 2000, tous les spécialistes qui examinent Joël Gaillard concluent qu'il est atteint d'une forme de schizophrénie paranoïde et d'un déni complet de son état, qui font de lui l'un de ces rares malades mentaux extrêmement dangereux pour leur entourage (le plus souvent, ils sont victimes d'humiliations et de mauvais traitements). Tous, sauf le Dr Danièle Canarelli, 57 ans. Pourtant, il n'est pas question ici d'une controverse sur un cas «border line»: Joël Gaillard ne cesse de donner ra...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant