Une première tour d'habitation à énergie positive à Strasbourg

le
0

STRASBOURG (Reuters) - La première tour d'habitation à énergie positive, qui en produira plus qu'il n'en consomme, devrait surgir de terre à Strasbourg d'ici 2015, a annoncé vendredi la municipalité.

Il s'agirait d'une première mondiale selon l'entreprise Elithis, un cabinet d'ingénierie qui pilote le projet et a déjà réalisé, à Dijon, le premier immeuble de bureau de ce type.

"Ce qui va faire de ce bâtiment une première mondiale, c'est qu'il ne va pas coûter plus cher qu'un autre bâtiment", a précisé son PDG, Thierry Bièvre.

Conçue par l'agence d'architecture X-Tu, cette tour de 16 étages, soit 50 mètres de haut, sera érigée dans l'éco-quartier Danube, l'un des projets qui participent à l'urbanisation d'anciennes friches portuaires proches du centre-ville.

Elle comportera 66 logements pour une surface habitable totale de 4.500 mètres carrés et sera dotée, sur sa terrasse et sa façade sud, de 800 à 1.000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques délivrant une puissance maximum de 170 kwh.

La consommation énergétique totale du bâtiment, chauffage, ventilation, eau chaude et appareils ménagers compris, a été évaluée à 100 kwh.

Pour parvenir à équilibrer dépense et consommation énergétique, les promoteurs du projet misent sur une conception bioclimatique mais pas seulement.

Le bâtiment aura, en section, la forme d'un polygone irrégulier, plus effilé au nord pour limiter les surfaces et les effets du vent, plus large au sud où les vitres équipées de verre polarisant moduleront l'action du soleil.

Mais les détails techniques seront là aussi pour inciter les habitants à l'économie, comme un compteur de consommation d'énergie ou un interrupteur central pour les appareils et veilleuses qui n'ont pas besoin de rester en tension quand on quitte son appartement.

C'est aussi par la conception d'ensemble, en aménageant des espaces communs comme le belvédère du dernier étage, serre ouverte l'été, fermée l'hiver et lieu de bricolage ou de réception, que X-Tu veut attirer des citoyens plus soucieux du collectif et donc écoresponsables.

"C'est une tour pour les urbains de demain", reconnaît Annouck Legendre, cofondatrice du cabinet d'architectes.

Le projet pourra, de par son caractère innovant, bénéficier d'une subvention de 884.066 euros au titre du fonds "ville de demain" du programme des Investissements d'avenir.

Le prix du mètre carré devrait s'établir, selon Thierry Bièvre, entre 4.000 et 4.500 euros du mètre carré, soit celui des réalisations de qualité équivalente dans ce secteur de la ville.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant