Une première dame dans la tourmente

le
0
L'affaire du tweet de Valérie Trierweiler pose la question de son rôle en politique.

Puisque Valérie Trierweiler veut rester journaliste, autant commencer par le journalisme. À la rédaction de Paris Match plus précisément, où elle continue à exercer ses fonctions dans les pages culture au rythme de trois chroniques par mois. Une concession arrachée de haute lutte.

Dans la presse, le mélange des genres a des odeurs de soufre. Déjà lorsqu'elle n'était que la compagne de François Hollande, le cas de Valérie Trierweiler posait problème au sein de la rédaction. Cela s'est aggravé lorsque le candidat de la primaire est devenu le candidat du PS. Quand il a été élu et qu'elle est devenue première dame, cela a encore empiré. Alors après l'affaire du tweet... «Quinze jours à peine se sont écoulés depuis qu'une solution a été trouvée et elle met déjà toute la rédaction mal à l'aise, déplore un journaliste de Paris Match. Le pire, c'est que toute la presse de France ne va parler que de cela, sauf nous.»

Sa bataille pour conserver son travail

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant