Une politique familiale incohérente en Allemagne

le
4

Malgré 200 milliards d'euros dépensés chaque année par l'État allemand pour financer sa politique familiale, le pays continue d'avoir l'un des taux de natalité les plus bas d'Europe. À l'approche des élections législatives, les partis politiques se lancent dans une surenchère pour changer la donne. Angela Merkel, candidate à sa réélection, veut investir 27,5 milliards d'euros supplémentaires par an pour augmenter les allocations familiales.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta le lundi 3 juin 2013 à 12:20

    equation simple:les familles travaillant a deux ne peuvent assumer un choix familial favorable a de nombreux enfants,parents pas a la maison, etc..les mamans payer 500 euros par mois quand elles ont la chance d etre payer, ce n est pas non plus en faveur d une forte natalite nationale;a part l immigration..

  • eskimmo le lundi 3 juin 2013 à 12:19

    Ca donne envie de déménager pour l'Allemagne à l'heure où on va baisser les allocations sociales de la classe moyenne pour financer celle des cassos et des chances pour la France.

  • chnivet le lundi 3 juin 2013 à 12:17

    Aucun problème .Faux débat . Un , l’Allemagne va favoriser l'immigration européenne .En clair nos enfants auront du travail à Berlin . Deux ,les retraites seront financées comme elles le sont déjà partout sauf en France par capitalisation et dividende .C'est une erreur de penser que notre système est le système universel .C'est le contraire .

  • dratiser le lundi 3 juin 2013 à 12:12

    le cote sombre de leur reussite , il est plus facile de resorber le chomage avec une natalité comme ça mais pour payer à terme les retraites ça posera problemele modele allemand n'est pas à suivre