Une politique de rigueur très modeste

le
0
Le gouvernement veut limiter la hausse des dépenses publiques mais repousse l'heure des décisions concrètes.

Les dépenses publiques ne sont plus sacrées pour les socialistes: le gouvernement dans tous les cas admet qu'elles doivent être contenues... Dans le discours qu'il a tenu mardi à l'issue du premier comité interministériel de «modernisation de l'action publique» - le nouveau nom pour désigner la réforme de la sphère publique - le premier ministre a souligné que la dépense publique atteignait 57 % du PIB en France, contre 51 % en Suède. «Les politiques publiques sont-elles aussi efficaces qu'elles devraient l'être?» s'est-il interrogé. Et d'ajouter: «Les Français attendent que tous les acteurs publics maîtrisent la dépense et surtout dépensent mieux et plus efficacement.»

Sur ce point, l'exécutif est presque en ligne avec le Medef, dont la présidente, Laurence Parisot, a qualifié, mardi lors de sa conférence de presse, la dépense publique de «probl...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant