Une planète trop humaine ?

le
0
Classe primaire à Lahore (Pakistan) le 8 septembre 2016.
Classe primaire à Lahore (Pakistan) le 8 septembre 2016.

Les relations entre population et environnement sont plus complexes, rappelle le démographe Jacques Véron aux climatosceptiques comme au « démographosceptiques », en insistant sur la nécessité d’un développement partagé par tous.

Le commandait Cousteau annonçait, il y a plus de vingt ans, que le monde allait périr « étouffé sous les berceaux » ; le grand responsable de toutes nos angoisses était pour lui la « surpopulation ». Le généticien Albert Jacquard préférait le terme de « surnombre ». Lorsqu’ils s’exprimaient, la population mondiale comptait quelque 5 milliards d’habitants, elle en compte plus de 2 milliards de plus aujourd’hui.

La seule responsabilité de la croissance démographique dans la crise environnementale que nous connaissons ne saurait être ainsi décrétée.

Que le doublement du nombre des êtres humains sur Terre depuis le début des années 1970 constitue un formidable défi pour l’humanité, qui pourrait le nier ?

Mais la « population » est loin d’être la cause de tous les problèmes environnementaux actuels : même si la population mondiale se stabilisait de manière immédiate, ce qui est impossible, tous les problèmes environnementaux ne seraient pas pour autant résolus. Au moment où certains mettent en avant un « choc démographique » à venir ou estiment que les conséquences du changement climatique pourraient être surrévaluées, il ne paraît pas inutile de rappeler quelques évidences.

D’abord, la croissance démographique rapide est tout autant une conséquence qu’une cause de la pauvreté que l’on continue d’observer dans de trop nombreux pays du monde. Les populations défavorisées restent prisonnières d’un cercle vicieux : dans des familles très nombreuses et pauvres, les jeunes filles o...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant