Une plainte déposée au pénal en France contre Costa Croisières

le
0
DÉPÔT EN FRANCE D'UNE PLAINTE AU PÉNAL CONTRE COSTA CROISIÈRES
DÉPÔT EN FRANCE D'UNE PLAINTE AU PÉNAL CONTRE COSTA CROISIÈRES

TOULON/PARIS (Reuters) - L'avocat de deux passagers français du paquebot qui s'est échoué vendredi sur les côtes italiennes, faisant 11 morts dont au moins 4 Français, a déposé mardi une plainte au pénal contre le groupe Costa Croisières, a-t-il déclaré à Reuters.

Les autorités italiennes et Costa Croisières imputent cet accident à une "erreur humaine" du capitaine du Costa Concordia, incarcéré depuis samedi et interrogé par les enquêteurs mardi matin. Cette version est contestée par Me Frédéric Casanova.

"J'estime que c'est au croisiériste de vérifier qu'il achemine correctement ses passagers dans les obligations de sécurité qui sont les siennes. C'est trop facile de dire le commandant fait tout", a-t-il déclaré mardi à Reuters TV.

"Il est clair qu'il y a eu des dysfonctionnements, qu'on nous explique pourquoi," a-t-il ajouté, rappelant que le commandant du Costa Concordia bénéficiait de la présomption d'innocence.

Selon le PDG de Costa Croisières, Pier Luigi Foschi, les navires de sa compagnie ont interdiction de s'approcher à moins de 500 mètres de la côte de l'île du Giglio.

Or, d'après les enquêteurs, le navire se trouvait à seulement 150 mètres lorsqu'il a heurté des rochers. Des propos réitérés mardi matin sur RTL par Georges Azouze, le président de Costa Croisières France.

"La route (du bateau) n'était pas la route habituelle, n'était pas la route autorisée", a-t-il dit, estimant qu'il était toutefois difficile d'établir les responsabilités à l'heure actuelle. Georges Azouze a déclaré que Costa Croisières France indemniserait les 462 passagers français du Costa Concordia avec "autre chose" que le remboursement des billets.

Cette plainte pour non-assistance à personne en danger, mise en danger délibérée de la vie d'autrui, homicide involontaire et non-respect des obligations de sécurité sera déposée en France au nom de deux passagers. Mais Frédéric Casanova a indiqué qu'il cherchait à contacter d'autres personnes parmi les passagers Français pour ajouter leur nom à la plainte.

Vingt-quatre des 4.200 personnes à bord sont toujours portées disparues.

Marine Depetris avec Chine Labbé à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant