Une plainte contre X après la mort d'un bébé à 3 semaines du terme

le
0
Le jeune couple de l'Isère est persuadé que la mort de sa petite fille in utero aurait pu être évité grâce des examens médicaux plus poussés.

«Cela ne doit plus se reproduire.» Déborah et Nicolas, un jeune couple de Bourgoin-Jallieu (Isère), ont décidé de porter plainte contre X après la mort in utero de leur bébé à trois semaines du terme, révèle mercredi Le Progrès .

La jeune femme de 18 ans devait accoucher ces jours-ci d'une petite fille, décédée in utero le 26 avril. «Sa grossesse s'est parfaitement déroulée. Jusqu'au 8e mois», raconte son compagnon dans le quotidien régional. Prise alors de violents maux de ventre, Déborah appelle le Médipôle de Bourgoin-Jallieu, qui regroupe plusieurs centres hospitaliers, où elle est suivie depuis l'échographie du 6e mois.

Un problème digestif diagnostiqué

La jeune femme se voit alors répondre qu'elle doit probablement souffrir d'un «problème digestif». Un diagnostic qui ne la convainc pas. Elle décide alors de se rendre directement à l'hôpital. Après une batterie d'examens, elle se voit seulement prescrire un antispasmodique. «Le monitoring n'a rie

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant