Une petite partie de soule ?

le
0
Une petite partie de soule ?
Une petite partie de soule ?

Bien avant l'apparition du football, de ses règles et de ses institutions, les hommes aimaient déjà beaucoup les jeux de balle. En France, au Moyen-Âge, c'est la soule qui occupait les paysans pendant l'hiver. Un sport viril, parfois mortel, que certains essayent aujourd'hui de faire renaître dans une version moins violente.

De tout temps, les hommes ont été attirés par le ballon. Bien sûr, il n'a pas toujours été fait de cuir, et longtemps les vessies d'animaux divers ont servi au divertissement des masses. D'après la FIFA, le plus lointain ancêtre du football est chinois. S'il s'agit certes d'un jeu de balle, Paul Dietschy, historien du sport français spécialiste de l'histoire du football, refuse de parler de lien direct entre ce jeu et notre football : " Au final, ce jeu est plus un jeu d'habileté : il s'agit de jongler et de faire passer une balle dans un cercle. Ça ressemble un peu au pok-ta-pok maya. Ce qui est intéressant dans ce jeu, c'est que ça prouve l'universalité de la balle dans le monde. Tous ces jeux ont un rapport plus ou moins lointain avec le football, mais il faut se méfier des interprétations hâtives. " Et ces jeux-là, ils sont nombreux, surtout lorsqu'on s'attarde sur l'histoire du Moyen-Âge en Europe. Les Italiens s'adonnent au calcio florentino, les Anglais jouent à plusieurs variantes du street football et les Français, quant à eux, participent à de grandes parties de soule, ou de choule, selon les régions. Mais alors, qu'est-ce que c'était que ce jeu ?

Églises et bagarre


Les premiers documents écrits relatant de probables parties de choule remontent au XIVe siècle, mais c'est au XVIe siècle que les écrits à son propos se multiplient. Il faut dire que ce jeu est à bien des égards une curiosité. " L'espace de jeu couvrait le territoire de deux ou plusieurs paroisses. C'est évidemment très vaste. Au XVIe siècle, le sire de Gouberville, un petit noble du Cotentin, disait qu'il fallait poursuivre la soule jusqu'à la mer ", explique Paul Dietschy. Pas de terrain, donc, mais également aucune règle et un but simple : " Les deux équipes se disputent la soule, ou la choule, qui est un petit ballon, une vessie de porc remplie de foin. On peut la prendre par tous les moyens et on doit aller la déposer à un point convenu, qui est bien souvent devant le portail d'une église. " Concernant les équipes, aucune règle en vigueur ne permet de vraiment déterminer des adversaires. Au final, ce sont bien souvent les membres de deux paroisses qui s'affrontent ou, plus rarement, des hommes mariés contre des célibataires. Immenses de par leur nombre de participants, ces parties de choule…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant