Une petite entreprise qui se développe par le financement participati

le
0
Une petite entreprise qui se développe par le financement participati
Une petite entreprise qui se développe par le financement participati

Dans la famille Julhès, je veux le père, la mère et les deux fils Sébastien et Nicolas. Depuis 1996, cette famille mi-picarde, mi-auvergnate, est devenue un pilier du Xe arrondissement de Paris. Elle y a d'abord créé une, puis deux,..., puis 6 épiceries fines avant d'ouvrir en mai dernier, une distillerie ! « Nous sommes une famille d'épiciers au sens noble et large du terme. La culture du goût, l'amour des produits gastronomiques de qualité, c'est dans notre ADN », s'enflamme Nicolas Julhès, passionné et expert des spiritueux.

Fabriquer du Gin en plein coeur de la capitale

Il y a un an, les deux frères se lancent dans le projet assez fou de fabriquer en plein coeur de Paris du gin, de la vodka ou du Rhum. Reste que si l'entreprise familiale tourne bien, ce projet à un coût : 200 000 ¤ dont 70 000 ¤ pour le seul alambic. La famille décide alors de faire appel au financement participatif et présente son projet sur la plate-forme KissKissBank. « Nous avions demandé 10 000 ¤ et nous en avons récolté 40 000 ¤ », raconte Nicolas Julhès. Et huit mois plus tard, fin janvier 2015, la première bouteille de Gin est sortie de la distillerie Julhès.

De 3 à 48 salariés

« Nous avons réalisé un rêve, nous avons lancé le premier alambic légal à Paris. Nous sommes parfaitement dans notre timing, pour le moment, nous ne vendons qu'aux professionnels, des bars essentiellement et nous serons à l'équilibre dès la première année. » Mais la petite entreprise qui est passée de 3 à 48 salariés en dix-huit ans, n'entend pas s'arrêter là. Elle vient d'ajouter une troisième corde à son arc avec Algebra Drinks, une fabrique de cocktails pour particulier. Et rebelote, elle repasse par la case crowdfunding. Cette fois-ci, elle opte pour la toute nouvelle plate-forme à prêts rémunérés Lendopolis. « Et là encore, ce fut incroyable, se félicite Nicolas Julhès puisqu'en 5 jours, nous avons levé 50 000 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant