Une perquisition vise Claude Guéant dans l'affaire Tapie-Lagarde

le
3
UNE PERQUISITION VISE CLAUDE GUÉANT DANS L'AFFAIRE TAPIE-LAGARDE
UNE PERQUISITION VISE CLAUDE GUÉANT DANS L'AFFAIRE TAPIE-LAGARDE

PARIS (Reuters) - Le domicile et le cabinet parisiens de Claude Guéant, l'ex-secrétaire général de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, ont été perquisitionnés mercredi dans l'enquête sur l'affaire Tapie-Lagarde, a-t-on appris de source proche du dossier.

La brigade financière s'intéresse au rôle de Claude Guéant au moment de l'arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie dans le cadre du litige l'opposant au Crédit Lyonnais, précise France Info, qui a révélé l'information.

Selon l'Express, daté du 27 février, les enquêteurs cherchent à savoir si Nicolas Sarkozy est intervenu dans le processus qui a abouti, en juillet et en novembre 2008, à un arbitrage positif pour l'homme d'affaires. Avec les intérêts, l'homme d'affaires a touché plus de 400 millions d'euros.

Or, les agendas saisis dans le cadre d'une autre enquête chez l'ancien président montrent que les deux hommes se retrouvaient régulièrement, surtout en 2007, année où a été réglée le contentieux.

Au total, ils se seraient vus à 18 reprises, dont 12 entre le 15 juin 2007 et le 21 novembre 2010. "Parfois, ces rendez-vous recoupent étrangement le calendrier des discussions autour de l'arbitrage", écrit l'hebdomadaire.

Les enquêteurs avaient déjà effectué des perquisitions en janvier aux domiciles de l'homme d'affaires Bernard Tapie et de Stéphane Richard, directeur du cabinet de Christine Lagarde du temps où elle dirigeait le ministère de l'Economie.

Une mesure similaire avait visé les avocats des parties en conflit, Mes Maurice Lantourne et Gilles August.

Le parquet de Paris a ouvert en septembre dernier une information judiciaire pour "usage abusif des pouvoirs sociaux et recel de ce délit" au préjudice du CDR, structure créée en 1995 pour gérer le passif du Crédit lyonnais après sa quasi-faillite.

Cette information judiciaire s'ajoutait à la procédure visant Christine Lagarde et ouverte l'été 2011 par la Cour de justice de la république (CJR) pour "complicité de détournement de fonds publics et de faux".

La présidente du Fonds monétaire international (FMI) s'est déclarée fin janvier à la disposition des autorités françaises pour répondre de ses choix dans le règlement de l'affaire opposant Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais.

Elle a réaffirmé sur France 2 qu'à ses yeux, l'arbitrage était "la meilleure solution à l'époque". "Je pense que c'était le bon choix", a-t-elle dit.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 27 fév 2013 à 18:17

    Le problème de cette « gauche revancharde », vient du fait que le PS, principalement, a été trop longtemps écarté du pouvoir…aiguisant des rancœurs et appétits, prêts à déferler sans aucune retenue à la moindre occasion…Disant et faisant tout et son contraire, ce à quoi nous assistons, depuis que nous les avons laisser prendre la gouvernance du Pays…Ils vont se calmer sans doute (il faut l’espérer), mais en attendant, les réformes qui ne sont pas faites, nous coûtent 1 Mds/€ par SEMAINE !!!...

  • M3435004 le mercredi 27 fév 2013 à 17:53

    On est dans le n'importe quoi ! Les vrais coupables restent les vrais coupables : La bande de copains et de coquins socialistes qui avec le Crédit Lyonnais ont fait fait perdre des milliards....et se sont pris les pied dans le Tapie par dessus le marché. Attaquer ceux qui se chargent de torcher le caca de ces Messieurs montre le niveau de notre justice.

  • mlaure13 le mercredi 27 fév 2013 à 17:32

    Si tous ces "gens visés" ont encore des documents compromettants chez eux...C qu'ils sont vraiment K....!!!...