Une pénurie de chocolat dans le monde se profile

le
7

Alors que les consommateurs de cette douceur sucrée sont toujours plus nombreux et que le réchauffement climatique perturbe la production, les producteurs de fève de cacao ne parviennent pas à honorer toute la demande.

Dégustez vos tablettes de chocolat, vous pourriez bientôt en manquer! Une conjonction de phénomènes a déjà provoqué une flambée du prix de la fève de cacao et pourrait aboutir à plus long terme à une pénurie de la précieuse matière première.

La demande de chocolat ne cesse de croître en raison notamment de l'arrivée massive de nouveaux consommateurs en provenance des pays émergents. «La demande pour cette gourmandise explose, en particulier dans les marchés émergents où les consommateurs s'enrichissent. Et les producteurs du monde entier luttent pour pouvoir produire suffisamment de cacao afin que le chocolat continue de couler à flots», indiquait récemment le très sérieux Wall Street Journal .

Au cours de 2013, le monde a consommé pour la première fois plus de quatre millions de tonnes de cacao, 32% de plus qu'il y a 10 ans. Une flambée de la demande qui a fait grimper le prix de la précieuse denrée de plus de 9% l'an passé.

De fait, les producteurs n'ont pas été en capacité d'honorer toute la demande. La récolte de cacao est effectuée majoritairement par de petits fermiers indépendants, essentiellement basés dans des pays d'Afrique de l'ouest. Or ces derniers ne sont pas en capacité d'investir pour accroitre leur productivité, d'autant que la plantation de nouveaux arbres ne produit pas d'effet immédiat puisqu'il faut au moins 10 ans à un cacaoyer pour produire des fèves. Sans compter que de nombreux petits producteurs choisissent de se détourner de cette culture moins lucrative que l'huile de palme ou le caoutchouc. La menace du réchauffement climatique aggraverait en outre le phénomène de pénurie. La hausse des températures serait en effet susceptible de toucher les cultures de cacao, selon les experts.

Vers une hausse du prix du chocolat

Le prix de la fève de cacao devrait donc continuer à croître. L'Organisation internationale du chocolat prévoit en effet que la demande soit supérieure à la production sur les 5 prochaines années, soit la plus longue période de pénurie depuis que l'organisation publie ses statistiques en 1960, souligne le quotidien économique.

«Le prix du chocolat et des confiseries à base de chocolat vont inévitablement monter», prévient ainsi Sterling Smith, un spécialiste du marché du cacao. Les industriels tels que Mars ou Nestlé vont donc devoir faire un choix entre augmenter le prix final de leur bien pour répercuter la hausse du coût de production, diminuer la taille des produits vendus ou trouver un substitut du cacao.

Hershey a déjà commencé à utiliser du beurre de cacao en guise de substitut au chocolat dans plusieurs de ses produits. A l'inverse, Michael Szyliowicz, co-fondateur de Mont Blanc Gourmet, avait interrogé ses clients pour leur demander s'ils préféreraient avoir les mêmes produits mais à des prix plus élevés ou s'ils préféreraient des produits différents. La majorité des clients avaient opté pour une hausse des prix....Il est peut être temps de stocker le chocolat avant que son prix ne s'envole!

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le lundi 24 fév 2014 à 12:37

    Pipeau, la spéculation en marche... on mangera de la confiture de coing.

  • M4358281 le lundi 17 fév 2014 à 17:14

    Baratin ..une spéculation se profle

  • perkele le lundi 17 fév 2014 à 16:28

    Nestlé va engranger encore plus de bénéfices !

  • supersum le lundi 17 fév 2014 à 10:48

    ça augmentera et les taxes avec

  • klein44 le lundi 17 fév 2014 à 10:17

    eh bien on n en mangera plus - fini les caries et fini le diabete

  • md24750 le lundi 17 fév 2014 à 10:16

    Pas ça ! j'adore le chocolat. Une journée sans chocolat est une journée pou rrie.

  • marcsim5 le lundi 17 fév 2014 à 09:57

    Bonne nouvelle pour les petits producteurs independants, pourquoi chercher à accroitre sa productivité si l'on peu vivre décemment de sa "petite" exploitation?...mauvaise nouvelle pour les intermediaires?...pas sûr.