Une pédagogie expérimentale dope un lycée lorrain

le
0
Dans le cadre d'un appel à projet de la Fondation nationale des sciences politiques, le lycée Félix Mayer de Creutzwald (Moselle ) remet en cause le cours traditionnel pour donner du sens à l'apprentissage et placer les élèves en situation d'autonomie.

«En début d'année, un moine congolais est venu nous raconter la construction d'une école dans son pays», se souvient Florian. Lucas explique, lui, qu'il a visité la centrale de Cattenom. «Ce qu'on entend à propos du nucléaire, dans les médias, ce n'est pas toujours vrai...»

Une approche originale qui a surpris et ravi ces élèves du lycée Félix Mayer de Creutzwald, ville de 18.000 habitants, à 45 km de Metz et une vingtaine de km de Sarrebruck. Comme tous les élèves de seconde, et sur les traces de leurs aînés de première et terminale, ils ont bénéficié d'une pédagogie expérimentale, mise en place en 2008. Le lycée mosellan de 1000 élèves a été retenu dans le cadre d'un appel à projet de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP). Il fait partie des dix lycées expérimentaux, repérés par Richard Descoings, essentiellement en Ile-de-France, à la suite des émeutes de 2005 dans les banlieues. Le patron de Sciences Po rêvait alors du lycü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant