Une page Facebook revendique 1,2 million de soutiens au bijoutier niçois

le
0
Une page Facebook revendique 1,2 million de soutiens au bijoutier niçois
Une page Facebook revendique 1,2 million de soutiens au bijoutier niçois

Une page Facebook de "Soutien au bijoutier de Nice" mis en examen pour homicide volontaire après avoir tué un malfaiteur revendiquait samedi 1,2 million de "fans", un chiffre dont l'ampleur a suscité un débat et des doutes sur Twitter.Sur cette page, la majorité des internautes dénonce un "Etat démissionnaire de sa mission de protection des citoyens". "Malheureusement nous vivons dans un pays où si l'on veut que justice soit faite, c'est à nous de la faire", écrit l'un des visiteurs, tandis qu'un autre estime que "le braqueur a mérité son sort".De nombreux utilisateurs de Twitter ont relevé vendredi et samedi la vitesse à laquelle le nombre de "likes" (action par laquelle on signifie qu'on "aime" une page Facebook) s'est accru. Certains twittos semblent douter du caractère réel de cette vague de soutien et émettent l'hypothèse que des "likes" aient été achetés.Partisan de cette idée, le blogueur @sebmusset a tweeté, en se basant sur un site d'analyse de statistique des pages Facebook : "80% des likes (945.000) du groupe de soutien au bijoutier viennent de l'étranger #arnaque".Une hypothèse rejetée par d'autres twittos, tel Guilhem Fouetillou (@gfouetil), professeur associé à Sciences Po et fondateur d'un institut d'analyse des conversations sur le web. "Au prix du marché noir, 950.000 likes coûteraient 15.000 dollars. Un tel investissement est peu probable", a-t-il relevé dans un tweet. Plusieurs autres twittos ont observé que le nombre de personnes commentant des statuts sur la page ou cliquant sur le bouton "j'aime" sur ces statuts était largement en corrélation avec le nombre global de 1,2 million de "likes".Le bijoutier niçois qui avait tué mercredi un de ses agresseurs a été mis en examen vendredi pour homicide volontaire et assigné à résidence avec bracelet électronique. Le voleur de 18 ans a été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant