Une opposition à géométrie variable

le
0
Les députés UMP sont plutôt sur une ligne de critique systématique. Les centristes pourront être plus conciliants.

Les deux groupes de l'opposition à l'Assemblée nationale n'ont pas la même conception de leur rôle. Jean-Louis Borloo, le président du groupe UDI (Union des démocrates et indépendants), qui regroupe 29 élus centristes et radicaux, préconise un «soutien particulier» au gouvernement «quand l'intérêt national est en jeu». Invité mercredi de l'Association des journalistes parlementaires, le président du Parti radical a déclaré: «Il y a deux groupes d'opposition d'importance politique équivalente. Nous intégrons le fait que certains sujets peuvent nécessiter un soutien politique.»

L'ancien ministre de l'Écologie a de nouveau cité la réforme «vitale» de la formation professionnelle pour laquelle «le gouvernement aura bien besoin d'alliés, car il y aura beaucoup de résistances». Plus prosaïquement, il a résumé: «Je ne suis pas là pour passer mon temps à emmerder le gouvernement de la France.»

Jean-Louis Borloo a toutefois pris soin de préciser que, pour

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant