Une nuit dans les rues désertes de Bugarach

le
0
REPORTAGE - Les quelque 200 villageois commencent à en avoir assez des centaines de journalistes, gendarmes et badauds qui attendent dans la commune une bien improbable fin du monde. » Ce que vous devez savoir sur «la fin du monde»

Envoyée spéciale à Bugarach (Aude)

Toute la nuit, Bugarach a été sous bonne garde. À quelques heures de la soi-disant fin du monde, qui épargnera le village le 21 décembre, les axes principaux menant à cette commune de 200 habitants sont comme prévu surveillés. Des équipes de quatre à cinq gendarmes arrêtent les véhicules demandant aux passagers les laissez-passer ou les cartes de presse pour les nombreux journalistes. «On est là jusqu'à une heure du matin et ensuite, une autre équipe prend la relève», raconte l'un d'eux.

Une fois dans Bugarach, le calme règne. Après le ballet incessant des journalistes tout au long de la journée et la présence appuyée de la gendarmerie, le village a retrouvé son calme hab...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant