Une nouvelle technique pour améliorer le diagnostic précoce des tumeurs

le
0
Ce procédé d'imagerie a été mis au point au départ pour étudier les animaux de laboratoire de petite taille.

Les progrès réalisés en imagerie médicale doivent beaucoup aux études menées sur les animaux de laboratoire. Avec des applications multiples, qu'il s'agisse d'améliorer le diagnostic précoce de la maladie d'Alzheimer ou encore de dépister avec une précision inégalée de minuscules tumeurs cancéreuses humaines. En outre, l'imagerie étant une technique non invasive, le nombre d'animaux sacrifiés dans le ­cadre des programmes de recherche qui y font appel s'en trouve réduit, en moyenne, d'un facteur cinq.

Cette évolution remarquable, tant sur le plan éthique que scientifique, est récente. Une impulsion majeure a été donnée grâce au séquençage des génomes de l'homme et de la souris, réalisé en 2003. On s'est aperçu, à cette occasion, que les deux espèces, pourtant éloignées, ont 90 % de gènes en commun. Dès lors, les laboratoires ont fait un usage accru de souris transgéniques «exprimant» le ou les gènes de protéines impliquées dans une maladie hum

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant