Une nouvelle chance pour Benzema ?

le
0
Une nouvelle chance pour Benzema ?
Une nouvelle chance pour Benzema ?

Son statut a changé en même temps que ses statistiques ont décollé. Depuis sa période d'inefficacité de 1 222 minutes en Bleus qui lui a fait perdre son statut de titulaire aux dépens d'Olivier Giroud, Karim Benzema n'est plus le même. « Cela a été la période la plus dure de ma carrière, a-t-il confié au Parisien. J'ai analysé cette période comme un manque de réussite. Il ne faut pas craquer. Tous les jours, on parlait de moi. Mais je vis avec les critiques. Je réclame seulement de l'objectivité. Si je ne suis pas bon, je suis le premier à le reconnaître. Après le nul en Géorgie (0-0), je n'ai pas cherché d'excuse. » Une attitude qui paie aujourd'hui. Et cela se ressent sur le terrain. Après avoir essuyé de vives critiques et les sifflets du Stade de France, mais également de Santiago Bernabeu, l'attaquant du Real Madrid a réussi la prouesse d'inverser la tendance. Non content de mettre fin à une disette persistante avec l'équipe de France, en marquant contre l'Australie et la Finlande malgré un temps de jeu famélique, l'ancien Lyonnais enchaîne également les performances de premier choix avec la Maison Blanche.

Huit buts et huit passes décisives avec le Real

Avec huit buts et huit passes décisives toutes compétitions confondues, Karim Benzema est devenu le joueur le plus décisif de son équipe derrière l'intouchable Cristiano Ronaldo. C'est d'ailleurs cette capacité à se montrer au service du collectif qui pourrait lui offrir un retour en grâce aux yeux de Didier Deschamps. D'autant que son principal concurrent, Olivier Giroud, est plutôt dans le dur avec Arsenal. L'ancien Montpelliérain n'a ainsi plus marqué avec les Gunners depuis le 26 octobre et son compteur reste aujourd'hui bloqué à cinq buts en Premier League. Une courbe inversée qui pourrait remettre en cause le choix de l'attaquant de pointe contre l'Ukraine. « Le sélectionneur a confiance en moi mais s'il décide de ne pas m'aligner d'entrée, ça ne me pose pas de problèmes, admet le Madrilène. Je suis là pour l'équipe. Je ne suis pas la doublure d'Olivier Giroud. De personne. Je suis un joueur de l'équipe de France. » Comme un rappel à l'ordre. Karim Benzema assure qu'il n'est pas, et ne sera jamais un choix par défaut.

Titulaire contre l'Ukraine en 2012

Mais outre la forme du moment, c'est bien le style de jeu de l'adversaire qui influencera le choix de Didier Deschamps. En 2012, lors de l'Euro en Ukraine et en Pologne, les Bleus de Laurent Blanc avaient évolué en 4-3-3 avec Karim Benzema seul en pointe, aux côtés de Jérémy Ménez et Franck Ribéry. L'apport de l'attaquant du Real Madrid comme point d'appui technique avait été très intéressant après le repos avec deux passes décisives à la clé. Mais on n'oubliera pas non plus une première période indigne d'un joueur de ce niveau. Tout dépend en réalité de l'envie du sélectionneur. Si « DD » a besoin d'un guerrier sur le terrain dans un 4-2-3-1, Olivier Giroud a le profil adéquat. Son jeu dos au but est un modèle du genre et le Gunner est bien plus à l'aise que Benzema dans un système avec un seul attaquant. La chance de l'ancien Lyonnais pourrait venir d'un changement de système. Mais le 4-3-3, que les Bleus n'ont plus utilisé depuis la cuisante défaite face au Brésil (3-0) cet été, n'a jamais vraiment donné satisfaction. A l'heure d'un match couperet, Didier Deschamps ne va pas certainement pas se lancer dans l'inconnu. On ne change pas une équipe qui gagne?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant