Une nouvelle année sous le signe de l'immobilier chinois en France

le
0

EN IMAGES - Comme les précédentes, l’année du Singe capricieux devrait marquer une poursuite de l’influence de la Chine sur l’immobilier français. Acquisitions, infrastructures, projets... découverte en images.

Des centres commerciaux, des châteaux avec leurs vignes, un aéroport, des immeubles d’habitation... il y en a pour tous les goûts. Arrivés sur la pointe des pieds il y a quelques années, les investisseurs de l’empire du Milieu se font de plus en plus présents. Ainsi avec 3,1 milliards investis sur les six premiers mois de 2015, les mises de fonds en provenance de Chine avaient quasiment atteint le niveau de l’ensemble de 2014 (3,6 milliards). Et si la première cible reste l’énergie, l’immobilier n’est jamais bien loin.

Bon nombre des acquisitions emblématiques se font à Paris, comme le rachat de l’hôtel 5 étoiles Marriott sur les Champs-Elysées moyennant 345 millions d’euros. Mais la Chine aussi clairement aux infrastructures comme l’a montré le feuilleton de l’acquisition de 49,9% de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. L’immobilier commercial n’est pas en reste puisque le fonds souverain chinois CIC a déboursé 1,3 milliard d’euros l’an passé pour acquérir 10 centre commerciaux dont 8 situés en France. On compte parmi eux, un Marques Avenue à Troyes et les centres La vache noire en région parisienne.

Une tour inspirée des rizières cultivées en terrasse

Du côté des vignobles aussi, la tendance se renforce. C’est l’an dernier que la centième propriété viticole française est passée dans des mains chinoises avec la vente de Château Renon, dans le Bordelais. Concernant l’architecture religieuse, l’année 2016 devrait voir l’achèvement de la pagode Khánh-Anh, à Evry, dont la première pierre avait été posée en 1995. Rattaché à la congrégation bouddhique vietnamienne unifiée en Europe, cet ensemble de plus de 3000 m² aurait coûté plus de 20 millions d’euros, financés par les fidèles.

Et désormais, les Chinois n’auront pas forcément besoin d’acheter des immeubles pour être présents sur le marché, il leur suffira de les créer. C’est en effet dans le quartier de Clichy-Batignolles que doit voir le jour le premier immeuble d’habitation français conçu par un architecte venu de l’empire du Milieu (le cabinet MAD en collaboration avec l’architecte français Christian Biecher). Baptisée Unic, cette tour comptant 86 logements en accession, 45 logements sociaux et une crèche évoque avec ses courbes, les cultures en terrasse des rizières. L’ensemble doit être livré en 2018.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant