Une nounou espionnée traîne les parents devant la justice

le
4
Inquiets sur le sort de leur bébé de 7 mois laissé chez une nourrice, les parents avaient caché un micro dans sa peluche.

Mardi, à 14 heures, parents et nounous seront fixés. Les premiers sauront s'ils ont le droit d'espionner les seconds, à leur insu, dans leurs soins prodigués aux enfants durant la garde et les seconds de savoir si la justice leur reconnaît un droit à la vie privée sur leur lieu de travail. Depuis l'audience d'un couple en guerre avec la nounou qu'il employait, devant le tribunal correctionnel de Lyon le 12 janvier dernier, l'affaire remue les esprits. Après avoir porté plainte contre une nourrice qu'ils suspectaient de mauvais traitements sur leur bébé de 7 mois, des parents qui avaient dissimulé un enregistreur dans la peluche de l'enfant, se voient aujourd'hui attaqués par la nourrice pour atteinte à la vie privée.

Quand ce couple de Lyonnais décide d'équiper l'ourson de l'enfant d'un microphone clandestin, c'est parce qu'ils sont «inquiets», disent-ils, qu'«ils veulent vérifier les conditions d'accueil» dans lesquelles Lucas passe ses journées, d'où il revien

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le mardi 28 fév 2012 à 09:09

    Je suis scandalisé encore une fois.

  • h.castel le mardi 28 fév 2012 à 09:08

    Les parents ont reagi comme de vrais parents

  • M5062559 le mardi 28 fév 2012 à 09:07

    Ma fille âgée de 2 ans revenait avec les oreilles sanguinolentes de la nourrice. J'ai été plus expéditif. La nourrice habitait au 12ième étage. Je lui ai dit les yeux dans les yeux que si cela continuait, je la jetterai du 12ième. Elle m'a cru; elle a donné sa démission.ma fille n'a plus jamais eu les oreilles en sang.

  • M5062559 le mardi 28 fév 2012 à 09:03

    Elle maltraite les enfants qu'elle garde mais la justice va lui donner raison. Trop de lois protègent les délinquants sous prétexte qu'ils sont salariés et petits.Si les parents avait licencié cette personne sur simple doute, ils auraient payés des indemnités au prudhomme. Assez d’imbécilité!