Une note de police sur les Roms rectifiée à Paris

le
12
UNE NOTE DE POLICE SUR LES ROMS RECTIFIÉE
UNE NOTE DE POLICE SUR LES ROMS RECTIFIÉE

PARIS (Reuters) - Une note interne au commissariat du VIe arrondissement de Paris demandant de "localiser" et d'"évincer systématiquement" les familles Roms vivant dans la rue a été "rectifiée", annonce mardi le ministre de l'Intérieur.

Ce document, révélé par Le Parisien, a provoqué un tollé chez les associations de lutte contre le racisme, alors que le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a déclaré qu'il fallait chercher à "faire retourner (les Roms) d'où ils viennent, en Roumanie ou en Bulgarie, et éviter qu'il y en ait qui reviennent ou qui viennent".

"La consigne interne au commissariat du VIe arrondissement de Paris publiée dans la presse ce matin a été rectifiée", déclare Bernard Cazeneuve dans un communiqué, sans donner davantage de détails.

"Aucun contrôle de police ne peut être effectué en ciblant une personne en fonction d'une nationalité réelle ou supposée", rappelle-t-il.

Le maire UMP du VIe arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, défendait la "vocation sociale" de cette note destinée selon lui à empêcher que de jeunes enfants, voire des nourrissons, dorment dans la rue.

Mais pour SOS Racisme, cette consigne, dans un contexte de discriminations à l'encontre des Roms en Europe, relève de véritables "dérives antirépublicaines."

"C'est une violence de plus à l'endroit des populations Roms, et/ou supposées Roms, déjà victimes en France et sur l'ensemble du continent européen d'un niveau de stigmatisation au-delà de l'inquiétant", écrit-elle dans un communiqué.

Le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, dénonce également "la stigmatisation quotidienne de certaines catégories de population, reléguées au rang de sous-citoyens de l'Europe, et le traitement indigne et discriminatoire dont elles font l'objet en France."

CIRCULAIRE DU 26 AOÛT 2012

La politique du gouvernement français, qui a procédé en 2013 à 21.537 évacuations hors de campements Roms - soit deux fois plus qu'en 2012, selon un rapport de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et l'European Roma Rights Center (ERRC) - se fonde sur une circulaire du 26 août 2012.

Fruit d'un compromis gouvernemental, celle-ci demande aux préfets d'anticiper et d'accompagner les démantèlements des "campements illicites", notamment en cherchant des solutions de relogement et en procédant à un diagnostic social.

Mais les associations de terrain, qui avaient salué sa publication, dressent un bilan amer de son application.

Le précédent gouvernement socialiste s'est déchiré en septembre dernier sur la question des Roms, à la suite de propos de Manuel Valls, aujourd'hui Premier ministre.

Alors ministre de l'Intérieur, celui-ci avait estimé que les Roms avaient vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie, leurs pays d'origine, jugeant leur mode de vie en "confrontation" avec celui des Français. Des propos critiqués par la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding.

Stéphane Le Foll s'est pourtant inscrit mardi sur RTL dans cette ligne, plaidant pour "une politique de fermeté qui doit garder sa dimension humaine".

"L?objectif, c?est d?éviter que des gens qui, dans la capitale, parce qu?ils sont dans une situation de difficulté et de pauvreté, finissent par rendre tout le monde extrêmement nerveux et n?acceptent plus cette présence", a-t-il expliqué.

"On est obligé de réguler tout ça, d?être clairs sur tout ça, de ne pas considérer qu'il ne se passe rien".

Quelque 20.000 Roms, originaires de Bulgarie et de Roumanie, vivent en France, dont plus de la moitié en Ile-de-France.

La fréquence des violences à leur endroit a nettement augmenté en Europe, selon Amnesty International, qui dénonce en particulier le harcèlement policier dont ils seraient victimes en France.

(Chine Labbé, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • olyve54 le mercredi 16 avr 2014 à 07:07

    j adore ce genre d article....les bobos socialopes se prennent les pieds dans le tapi entre leur ligne ideologique et la triste réalité en france.....vous avez aimé les municipales, vous allez adorer les européennes!

  • M608962 le mardi 15 avr 2014 à 22:02

    la cigale et la fourmi

  • breton.e le mardi 15 avr 2014 à 20:42

    IL Y A PEUT-ETRE UNE VILLE QUI PEUT LES ACCUEILLIR UNE VILLE SOCIALISTE DIJON OU BESANCON

  • M4760237 le mardi 15 avr 2014 à 19:56

    Un Rom se promenant armé et porteurs de dix sacs à main de femme ne peut être suspect dans boboland. Luttons contre l'hypocrisie, le laxisme et l'impuissance des forces de l'ordre, au lieu de lutter contre des lubies.

  • mucius le mardi 15 avr 2014 à 18:50

    Quel tollé? Celui des bobos?

  • patr.fav le mardi 15 avr 2014 à 18:48

    vaut mieux mettre le français au moins lui il n'est pas défendu et en lui n'a aucune aide en plus ses soins comme certains à qui certains le font gratuitement et certains seront choqués !!!

  • birmon le mardi 15 avr 2014 à 18:38

    La lutte contre l'insalubrité et l'insécurité semblent pour certain s'opposer à la "République", je lui préfère alors la démocratie et le bons sens populaire.

  • M3435004 le mardi 15 avr 2014 à 18:24

    LDH SOS Racisme etc sont les complices objectifs de ces Roms massivement fauteur de délinquance, qui n'ont rien à faire en France et ont vocation à retourner dans leurs pays. Les victimes ce sont leurs enfants, et les Français qui subissent vols et et dégradation.

  • cavalair le mardi 15 avr 2014 à 18:15

    Il faudrait aussi localiser et evincer systematiquement les dot com pour leurs k.onneries

  • sarestal le mardi 15 avr 2014 à 18:14

    En attendant, en 2013 sur 89000 Obligations de Quitter le Territoire Français, seulement 15000 on été exécutées.La différence c'est l'équivalent d'une grande ville ! MAIS ON EST RICHE...http://www.liberation.fr/societe/2014/04/15/droit-d-asile-un-etat-des-lieux-alarmant_997720