Une nomination qui devrait changer le ton de la campagne

le
0
ANALYSE - Le choix par Romney de ce coéquipier brillant, séduisant et surtout résolu, signifie que le républicain a décidé de se battre sur la substance au lieu de s'en tenir à la critique répétitive du bilan Obama.

En désignant Paul Ryan pour la vice-présidence, Mitt Romney a choisi l'audace et le fond. Dans une campagne marquée jusqu'ici par un vide désespérant et des attaques personnelles irresponsables et souvent mensongères des deux camps, la mise en orbite électorale du très sérieux et très résolu «Mr Réduction de la dette» sur le ticket républicain, promet de changer le ton et la donne de la course présidentielle.

Avec ce coéquipier de 42 ans, brillant, séduisant et surtout résolu à ses côtés, Romney semble amorcer un tournant majeur dans la menée de sa campagne. Choisir le président du comité du Budget de la Chambre des Représentants, un fervent partisan de l'austérité et de l'amaigrissement de l'Etat, qui a fait toute sa renommée en produisant un plan radical et approfondi de réduction de la dette de la nation, signifie que Mitt Romney a décidé de se battre sur la substance ; de proposer un projet alternatif concret à celui des démocrates, au lieu de s'e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant