Une montre chic, connectée ou fiable? La mode hésite

le
0
Une montre chic, connectée ou fiable? La mode hésite
Une montre chic, connectée ou fiable? La mode hésite

Pour les fashionistas qui courent d'un défilé à l'autre cette semaine à Milan, savoir quoi porter au poignet n'est pas simple: une bonne vieille montre, un micro-ordinateur ou quelque chose de chic qui ne donne pas vraiment l'heure ?Avant même la très médiatique "Apple Watch", attendue pour cette année, il existe déjà des montres qui permettent de lire ses courriels, se connecter aux réseaux sociaux, voir la météo ou même faire démarrer sa bouilloire à distance.Pour les puristes, ces gadgets risquent de détourner l'attention des invités de la beauté des collections sur les podiums, mais critiques et clientes ont déjà depuis longtemps renoncé aux bonnes manières pendant les défilés, pianotant sur leur téléphone ou prenant des "selfies".Et si l'ascension de ces smartphones il y a dix ans a poussé de nombreux poignets à rester nus, la montre est en train de faire son retour, essentiellement avec l'arrivée il y a trois ans des premières "montres intelligentes" sous l'impulsion de Pebble.De nombreux acteurs se sont lancés sur ce créneau, et tout "geek" digne de ce nom se doit cette année de porter la Puls, avec le système Android, ou l'Activite Pop pour les sportifs.Mais ces montres étant volumineuses et le look "geek" n'étant pas vraiment le plus recherché par les fashionistas, créateurs et développeurs rivalisent pour tenter de conquérir ce marché féminin.Le succès n'est pas au rendez-vous pour l'instant. Avec son modèle "Lutetia", Ornate assure avoir trouvé le bon équilibre, mais son bracelet à perles un peu tape-à-l'oeil risque de rebuter la clientèle haut de gamme.- Aiguilles invisibles -D'autres créateurs, comme ceux de la start-up italienne D1 Milano, ont fait le pari de laisser de côté la course à la technologie et de réhabiliter la montre en la transformant en un accessoire purement esthétique.Dans l'agitation des défilés, D1 a présenté sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant