Une mise en examen dans l'affaire du "mur des cons"

le
18
UNE MISE EN EXAMEN DANS L'AFFAIRE DU "MUR DES CONS"
UNE MISE EN EXAMEN DANS L'AFFAIRE DU "MUR DES CONS"

PARIS (Reuters) - La présidente du syndicat de la magistrature, Françoise Martres, a été mise en examen pour injure publique dans l'affaire du "mur des cons", un panneau de photos de personnalités, principalement de droite, affiché dans les locaux du syndicat classé à gauche, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Françoise Martres a été mise en examen le 17 février pour "injure publique" contre un membre de l'Assemblée nationale, a précisé cette source, confirmant une information de Valeurs actuelles.

Dans un communiqué, le syndicat de la magistrature dénonce un "acharnement" visant avant tout à "museler un syndicat qui les gêne et qui a fait de la défense des libertés publiques un combat".

Révélée en avril 2013, l'existence de ce mur avait été confirmée par le Syndicat de la magistrature qui avait précisé qu'il avait été installé dans le local sous la précédente majorité, "à une époque où les magistrats étaient très critiqués".

Dans son communiqué vendredi, le syndicat "conteste que cet affichage ? qu?il n?a jamais eu l?intention de rendre public - puisse être assimilé à une quelconque publication syndicale".

"Ce sont les méthodes douteuses d?un journaliste et la diffusion par le site Atlantico.fr de cette vidéo filmée à l?insu des occupants de ce local qui sont seules à l?origine de la publicité donnée à ces image", ajoute-t-il.

Le syndicat accuse également "une certaine droite" de tenter "par tous moyens de détourner l?attention des citoyens de la mise en cause de l?ancien chef de l?Etat dans des affaires judiciaires."

(Chine Labbé, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • devcor le vendredi 14 mar 2014 à 16:01

    Pour ce syndicat, les méthodes d'un journaliste deviennent douteuses si elles osent révéler la partialité politique de ses membres. Néanmoins, je ne me fais aucune illusion sur la suite : les loups ne se mangent pas entre eux !

  • M156470 le vendredi 14 mar 2014 à 14:26

    FITTOTO -- Pas trop tôt pour sévir... Mais je doute fort que tout ce tapage aboutisse un jour... On noie le poisson en mélangeant sciemment tous les dossiers. La véritable chasse est celle qui est menée à l'encontre de Nicolas Sarkozy, ils ont tellement peur de le voir revenir que la panique leur fait oublier de régler les problèmes qui se posent en matière de chômage et d'économie en général....

  • mlaure13 le vendredi 14 mar 2014 à 14:22

    Elle ne devrait pas être la seule à être inquiétée...

  • M3365316 le vendredi 14 mar 2014 à 13:48

    at.lantico toujours ds les bons coups ; c'est un aperçu de l ultra. droite

  • pier4564 le vendredi 14 mar 2014 à 13:43

    après une justice partielle, une justice impartiale?

  • M898407 le vendredi 14 mar 2014 à 13:32

    Et l'enfoncement continue pour cette bande d'incapables prétentieux et menteurs....

  • janaliz le vendredi 14 mar 2014 à 13:23

    Il y a le feu au lac... des c.ons !

  • dhote le vendredi 14 mar 2014 à 13:22

    Un boulevard est ouvert pour les extrémistes..

  • finkbro1 le vendredi 14 mar 2014 à 13:17

    tous ces juges de ce syndicat devraient être purement et simplement renvoyer de la fonction public. Pourquoi ? car on demande avant tout à un juge de l impartialité, il est évident que ceux ci n en ont aucune.

  • M1386403 le vendredi 14 mar 2014 à 13:11

    quand on pense que parmi les "cons" il y avait le père d'une victime : c'est cela qui est le plus honteux sans parler du devoir de réserve, de discrétion etc.... C'est un cas unique dans une démocratie ou ce qu'il en reste