Une minute pour comprendre la grève des taxis

le
0
Des taxis ont bloqué l'accès à Marseille pour protester contre les nouvelles applications de réservation des VTC qui ont provoqué une baisse de leur activité. 
Des taxis ont bloqué l'accès à Marseille pour protester contre les nouvelles applications de réservation des VTC qui ont provoqué une baisse de leur activité. 

 

Démonstration de force des taxis ce mardi 26 janvier dans toute la France. Selon eux, leur « survie est en jeu ». Dans leur collimateur, les pratiques illicites de certains VTC et le ministre de l'Économie Emmanuel Macron, accusé de les cautionner. C'est la énième mobilisation de la profession depuis que l'irruption des véhicules de transport avec chauffeur et des plateformes de réservation électronique de type Uber a bouleversé ce secteur réglementé.

L'entreprise américaine et d'autres plateformes de VTC, Allocab, Chauffeur privé, Cinq-S, Marcel et Snapcar, ont diffusé lundi une pétition appelant à « simplifier les règles pour devenir chauffeur VTC » au nom de l'emploi. Début janvier, Emmanuel Macron avait défendu Uber, estimant qu'il donne « accès à l'activité économique » à des jeunes « souvent victimes de l'exclusion ».

Ces manifestations ont donné lieu à plusieurs incidents, dont l'un a fait un blessé, tandis que la préfecture de police de Paris rapportait 20 interpellations.

Avant, j'avais dix ou douze courses par jour ; aujourd'hui, je n'en ai que cinq ou six

Les taxis mettent en cause des pratiques illicites sur le terrain des VTC : géolocalisation avant la réservation, occupation de la voie publique, racolage et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant