Une mesure très attendue par les épargnants

le
11
Le doublement du plafond du livret A, à 30 600 €, fait l'objet d'une négociation serrée avec les banques.

Même si la mesure ne les arrange guère, car elle risque d'inciter les épargnants à délaisser leurs produits d'épargne bancaire, la majorité des établissements financiers affirment qu'ils joueront le jeu. Ils devraient donc distribuer le livret A nouvelle formule, une fois les modalités de la réforme connues. «Et une fois que les réglages techniques nécessaires auront été réalisés», précise ainsi Stéphanie Patel, directeur de l'offre produits chez HSBC France. À l'occasion, la banque aménagera ses offres d'épargne. «Notre propre livret bancaire, le livret 2A, sera réservé aux épargnants qui auront atteint le nouveau plafond du livret A», poursuit-elle. Même démarche chez Cortal Consors, où le doublement du plafond du livret A n'est pas perçu comme une menace pour les autres livrets maison.

Les banques en ligne devraient cependant poursuivre leurs offres de livrets fiscalisés à taux promotionnels pour attirer de nouveaux clients. «Les épargnants, très inquiets de la crise, privilégient toujours les placements de trésorerie sûrs. Les livrets et autres produits liquides attirent d'ailleurs les deux tiers de l'épargne des Français», justifie Benoît Gommard, directeur général de Cortal Consors. Ce repli vers l'épargne de précaution, que l'on observe depuis plus de deux ans déjà, tend à s'accentuer depuis quelques mois. Au détriment notamment de l'assurance-vie, dont la collecte continue de reculer et des placements liés à la Bourse, bien trop risqués. Résultat, entre janvier et mai, les ménages ont placé 10,42 milliards d'euros sur leur livret A (17,38 milliards en 2011), dont l'encours atteint 227,3 milliards d'euros, selon la Caisse des dépôts.

«La collecte du livret A est inversement corrélée à la confiance des ménages, qui est actuellement très faible», note Cyril Blesson, associé de Pair. Ainsi, plus l'avenir semble incertain, plus les ménages recherchent des placements qui leur permettront de disposer de leur épargne à tout moment.

Une mesure qui avantagera les plus aisés

Dans ce contexte, de nombreux épargnants attendent avec impatience le doublement du plafond de ce placement, dont la rémunération (2,25 % net d'impôt) reste supérieure à celle de la majorité des autres livrets bancaires (entre 1,25 % et 2 % brut hors offres promotionnelles) et est assez proche de celle de nombreux contrats d'assurance-vie (3 % en moyenne 2011 avant les prélèvements sociaux). Ces dernières semaines, certains clients sont d'ailleurs déjà allés se renseigner au guichet de leur agence bancaire.

Toutefois, le doublement, même progressif, du plafond de versements du livret avantagera surtout les épargnants les plus aisés. Fin 2010, seulement 9 % des 60 millions de livrets ouverts étaient ainsi crédités de plus de 15 300 euros (avec les intérêts) et représentaient 40 % des encours du livret A, selon le rapport de l'Observatoire de l'épargne réglementée. En revanche, près de la moitié des ménages (47 %) disposaient de moins de 150 euros sur leur placement.

LIRE AUSSI:

» À quoi sert l'argent du livret A?

» Livret A: le doublement du plafond n'est «pas arbitré» 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cyrilc1 le mardi 26 juin 2012 à 13:40

    Abi04, tu parles de ce que tu ne connais pas! les banques françaises sont les banques les plus capitalisées au monde et de fait les plus sûres! Retirer votre argent en masse c'est fragiliser la capacité des banques à faire face à la crise et donc fragiliser l'économie! c'est aussi et surtout aller à l'encontre de l'europe qui veut renforcer la stabilité bancaire et donc vos sous en augmentant ces capitalisations.

  • olivi697 le mardi 26 juin 2012 à 12:20

    Abi04 plus bas que l'héritage Sarko ca va être difficile. Et puis ce n'est pas celui qui fini la bouteille qui a tout bu !!

  • olivi697 le mardi 26 juin 2012 à 12:17

    Que l'etat commence par doubler le plafond du L.E.P.

  • crcri87 le mardi 26 juin 2012 à 12:07

    Encore et toujours la règle de trois socialiste !! Ceux qui ont atteint le plafond sont plutôt des "riches" , il y a belle lurette que ce qui est épargné n'est pas totalement investi, l'épargne d'aujourd'hui peut être l'investissement de demain , mais pour cela faut-il avoir la "confiance".Avez-vous confiance dans Mr Moscovici ? Mr Pinay à l'aide !!, revenez vite même si votre réincarnation se fait en jupons.Mme Pécresse sait compter, elle !

  • M7147123 le mardi 26 juin 2012 à 11:38

    Le doublement du plafond du LA est impérieuse : relancer la construction, c'est relancer l'emploi, la croissance, la sous-traitance etc. Laisser ces sommes entre les mains des banques, c'est geler ces sommes pour augmenter leur ration tier 1, leur permettre de spéculer et de s'accorder de bonnes primes. J'espère que Hollande n'aura pas peur du lobby bancaire

  • cgerbaud le mardi 26 juin 2012 à 11:10

    C'est une mesure qui ne favorisera pas les investissements pour créer des emplois....

  • M6737505 le mardi 26 juin 2012 à 08:27

    C'est doublement bete comme proposition :1/ c'est un cadeau fiscal fait majoritairement aux riches2/ c'est de l'argent placé dans de la rente ( ce qui empêche la croissance) alors qu'une mesure favorisant l'entreprise créerait des emplois.

  • jlgatel le mardi 26 juin 2012 à 01:28

    socialos démagos charlots, ok mais ca défoule :))

  • M8043631 le lundi 25 juin 2012 à 23:45

    Les personnes concernées sont dans la tranche des plus fortunés cher VegaM soit 9% qui détiennent 40% des avoirs. à l'image de la répartition des résultats du travail. Les banques sont en difficultés car le gros clients est très difficile en affaires.

  • VegaM le lundi 25 juin 2012 à 22:42

    Le livret A est actuellement à 15.300€, mais il ne faut pas oublier le LDD qui est au même taux et qui est plafonné à 6.000€.Donc pour qu'un épargnant profite de ce nouveau plafond, il doit avoir au moins 21.300€ dans ses deux livrets ! ça limite quand même pas mal le nombre de personnes concernées.