Une manifestation dégénère à Corte, en Corse

le
1
HEURTS ENTRE MANIFESTANTS ET POLICIERS À CORTE
HEURTS ENTRE MANIFESTANTS ET POLICIERS À CORTE

PARIS (Reuters) - Des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre mardi en fin de journée à Corte (Haute-Corse) malgré les appels au calme lancés par les élus nationalistes de l'Assemblée de Corse, a-t-on appris de source préfectorale.

Les tensions se multiplient dans l'île depuis qu'un supporter du Sporting Club de Bastia a été blessé à l'oeil lors de heurts avec des policiers samedi à Reims, où le club corse était en déplacement au titre de la 26e journée de Ligue 1.

Environ 200 personnes s'étaient rassemblées pacifiquement vers 18h30 dans la principale artère de la sous-préfecture de Haute-Corse. Un quart d'heure plus tard, une trentaine d'individus masqués et cagoulés se sont détachés du cortège. Ils ont pris à partie les forces de l'ordre, jetant dans leur direction divers projectiles et des cocktails Molotov, a précisé cette source.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a condamné ces violences et annoncé une interpellation, dans un communiqué diffusé en fin de soirée.

La personne a été placée en garde à vue à Bastia (Haute-Corse), dit-on de source policière.

Interrogé dans la soirée sur Europe 1, le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a réitéré l'appel à l'apaisement lancé dans la journée sur le site de l'institution régionale.

Il a également évoqué "un problème de racisme anti-corse" et "une bavure policière" en réclamant "une enquête rapide et impartiale" sur les circonstances dans lesquelles le jeune supporter bastiais a été blessé samedi.

"Il faut que la plus grande lumière soit faite sur cette affaire, de manière à donner toutes les garanties à ces jeunes très remontés", a-t-il ajouté.

Dans ce climat tendu, la Ligue de football professionnelle (LFP) a décidé d'avancer à 14h00 la rencontre SC Bastia-FC Nantes de samedi, comptant pour la 27e journée de Ligue 1, initialement programmée à 20h00, à la demande de la préfecture de Haute-Corse.

Mais le club corse a fait part dans un communiqué de "son refus catégorique de se conformer à ce diktat" et précise que "les portes du stade demeureront donc fermées à l’horaire décrété par les instances".

(Service France, édité par Myriam Rivet et Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 il y a 10 mois

    il n'y pas plus de racisme anti corse qu'autre chose . Par ncontre quand des individus masqués et casqués envoient des cocktails molotov sur les crs dans une manif nationaliste , là Talamoni and co ne bronchent pas . Pitoyable comportement politique qui cherche à avoir l'indépendance ....et les sous de la France . Et pourquoi pas la savoie indépendant aussi !!