Une manifestation contre la commission électorale dégénère à Nairobi

le
0
    NAIROBI, 16 mai (Reuters) - La police kényane a fait usage 
de gaz lacrymogènes et d'un canon à eau pour disperser des 
centaines de manifestants qui réclamaient lundi la dissolution 
de la Commission électorale indépendante (IEBC), qu'ils jugent 
partisanes, rapporte un journaliste de Reuters. 
    C'est la troisième fois en moins d'un mois qu'une 
manifestation contre cette instance censée garantir 
l'indépendance des élections dégénère en affrontements avec les 
forces de l'ordre. 
    Des pierres ont été lancées en direction des forces de 
police. 
    "Pour une élection libre et équitable, l'IEBC doit s'en 
aller", pouvait-on lire sur une pancarte brandie lundi par un 
manifestant. 
    Les prochaines élections présidentielle et législatives sont 
prévues en août 2017. Mais la classe politique est déjà en 
campagne dans un pays où le souvenir des violences 
post-électorales de 2007 reste vif: 1.200 personnes avaient été 
tuées dans des affrontements où les divisions ethniques 
s'étaient ajoutées aux tensions politiques. 
    L'issue des élections de 2013 a également donné lieu à des 
accusations de fraude lancées par l'opposition. 
    Le président Uhuru Kenyatta, qui devrait briguer un second 
mandat l'année prochaine, a exhorté ses opposants à ne pas 
descendre dans les rues. 
 
 (George Obulutsa; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant