Une "maman" électronique pour les objets connectés

le
0
Une "maman" électronique pour les objets connectés
Une "maman" électronique pour les objets connectés

Il ressemble à une poupée russe et surveille le brossage des dents comme l'arrosage des plantes: la société française Sen.se a présenté dimanche à Las Vegas un appareil décrit comme "la mère de tous les objets connectés" à internet. "C'est un système très simple qui permet de transformer n'importe quel objet de la vie quotidienne en objet connecté", explique à l'AFP Rafi Haladjian, patron-fondateur de la société française Sen.se, lors d'une avant-première pour la presse dimanche du salon d'électronique grand public International CES de Las Vegas.Une brosse à dents, une boîte de médicaments ou encore une porte tout à fait ordinaire peuvent ainsi devenir "intelligentes" et signaler si les dents sont bien lavées, les pilules prises régulièrement, ou des gens rentrés dans la maison à une heure imprévue.L'appareil principal a l'allure d'une poupée russe blanche. Haut de 16 centimètres et baptisé "mother" (mère), il permet une fois branché sur le réseau internet du domicile de gérer jusqu'à 24 objets par l'intermédiaire de petits capteurs baptisés "cookies".Les cookies, sensibles notamment au mouvement ou à la température, "sont versatiles: on peut changer l'usage selon ses besoins du moment", souligne M. Haladjian. Ils tiennent également jusqu'à un an sans changer la batterie."La vie avec les cookies est assez banale, ce n'est pas du tout de la science fiction, ce ne sont pas des gens qui font des gestes spécifiques pour communiquer avec des machines, mais des gens qui se brossent les dents normalement, qui ont des boîtes en carton pour leurs médicaments, sauf qu'il y a un cookie dedans qui rend les objets utiles sans qu'il y ait besoin d'apprendre des gestes nouveaux, des applications nouvelles, une façon de parler à des machines", indique M. Haladjian.Sen.se prévoit de démarrer les expéditions au printemps, mais des pré-commandes sont déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant