Une malédiction portugaise

le
0
Une malédiction portugaise
Une malédiction portugaise

Le passé est un salop. Cette histoire dure depuis presque cinquante ans. Cinquante ans que l'Angleterre se brise les dents contre le Portugal lors des compétitions internationales. Problème : les deux nations pourraient se retrouver en France sur un quart de finale. De quoi trembler, vraiment ?

On peut les chercher, ils ne sont plus là. Hier encore, le Portugal était le centre des romantiques. Le passé les retient précieusement : la longue chevelure de Fernando Couto, la mèche de Rui Costa, la dégaine de gendre idéal de Luís Figo ou encore, plus près de nous, le cerveau de Deco. On pourrait aussi citer les cheveux plaqués de Sergio Conceição ou les ailes déployées de Pedro Miguel Pauleta. Toutes ces belles gueules ont été balayées. La nouvelle génération a débarqué avec son culte et ses promesses déchues. Elle est devenue plus pragmatique, réaliste et est même désormais coincée dans un 4-4-2 classique en l'absence d'un véritable tueur pour accompagner Cristiano Ronaldo et Nani. Pire, elle reste surtout sur une déroute au Brésil où elle a été déchirée par l'Allemagne (0-4) avant de s'arracher pour prendre quatre petits points et éviter de se manger la porte avec la honte en même temps. Le Portugal n'est plus aussi brillant, c'est une certitude et il faut l'avouer, il ne fait plus vraiment peur malgré une campagne de qualifications presque parfaite (sept victoires, une défaite). Reste un totem accroché aux Quinas des hommes de Fernando Santos : si tout se passe bien en France, ça sera un dernier carré. Pourquoi ? Parce que son groupe, le F, peut être celui des surprises (Islande, Autriche) mais doit surtout être celui du sérieux et de la mise en jambes pour la Selecçao. La suite offrira certainement la Belgique ou l'Italie, bon, mais surtout l'Angleterre en quart de finale. Facile ? L'histoire raconte que oui.

Et à la fin, c'est le Portugal qui gagne



Elle aussi a vu défiler les générations mais peut se frapper le crâne pour essayer de comprendre. L'Angleterre et sa "génération dorée", l'Angleterre et ses certitudes, l'Angleterre et ses démons, une issue identique : à la fin, c'est le Portugal qui gagne. C'est comme ça. 12 juin 2000, à Eindhoven. Le championnat d'Europe s'ouvre pour les deux nations, réunies dans un même groupe. Kevin Keegan a la banane, ses gars mènent 2-0 après dix-huit minutes de jeu. La dernière fois que l'Angleterre…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant