Une majorité de Britanniques désormais favorables au "Brexit"

le
0
 (Ajoute commentaires de l'institut §2-4, 8) 
    LONDRES, 24 novembre (Reuters) - Plus de la moitié des 
Britanniques souhaitent désormais quitter l'Union européenne, 
montre un sondage effectué après les attentats en France et 
publié mardi par The Independent. 
    Selon cette enquête de l'institut ORB effectuée auprès de 
2.000 personnes, 52% des électeurs britanniques optent pour une 
sortie de la Grande-Bretagne contre 48% qui choisissent son 
maintien au sein de l'UE.  
    Lors d'enquêtes similaires menées par le même institut en 
juin, en juillet et en septembre, la majorité était inverse.     
"C'est clairement une conséquence des événements de Paris", a 
déclaré Johnny Heald, directeur exécutif d'ORB International, 
dans un mail de réponse à Reuters.  
    "Beaucoup estiment que le bain de sang dans les rues de 
Paris est le résultat de l'absence de protection adéquate des 
frontières en Europe. Il faut attendre quelques mois pour voir 
s'il s'agit d'une réaction épidermique ou d'une tendance de 
fond", a-t-il ajouté.  
    Un sondage effectué par un autre institut en septembre, deux 
mois avant les attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, 
avait toutefois déjà fait état d'une courte majorité en faveur 
du "Brexit", le retrait du Royaume-Uni de l'UE sur lequel 
Londres a promis d'organiser un référendum d'ici la fin 2017. 
 ID:nL5N11C0SG  
    Le Premier ministre David Cameron a présenté il y a deux 
semaines ses propositions de réformes de l'Union européenne pour 
éviter une sortie du Royaume-Uni, qui constituerait un 
bouleversement pour l'Union européenne, étant donné le poids 
économique et stratégique du pays.  ID:nL8N135292  
    D'autres sondages ont déjà montré cette année une érosion 
des partisans du maintien du Royaume-Uni au sein de l'UE, que 
des commentateurs lient à la crise des migrants et réfugiés.  
    ORB précise que le pourcentage de personnes favorables au 
maintien dans l'UE a baissé de sept points depuis juin dans ses 
enquêtes. 
 
 (Guy Faulconbridge; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant