« Une loi sur le salafisme »

le
1

Certains de vos concurrents proposent un internement des personnes fichées S. Et vous ? Je suis contre toute solution d'internement sans l'intervention d'un juge. C'est dangereux, car on ne sait pas où ça s'arrête. L'un de mes concurrents a dit : « On saura au bout d'une semaine s'il est dangereux. » Mais on ne saura rien du tout, car ils sont dans la dissimulation ! Seul un juge peut donner un motif et une durée. On ne combattra pas le terrorisme en affaiblissant l'Etat de droit, et je pense qu'interner sans l'intervention d'un juge c'est affaiblir l'Etat de droit. Mais ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas changer l'Etat de droit et c'est le sens de ma proposition de loi sur le salafisme. C'est-à-dire ? Notre droit couvre bien l'appel au terrorisme et au djihad par exemple. Mais il y a une zone grise dans laquelle naviguent ceux qui ont policé leurs discours, qui dissimulent leurs appels à l'endoctrinement politico-religieux. On ne peut pas accepter cette situation. Je propose de créer une nouvelle infraction : celle de prêcher la primauté des textes religieux sur les lois de la République. Un imam qui expliquerait que la femme vaut deux fois moins que l'homme parce que c'est écrit dans le Coran se mettrait en infraction et pourrait être poursuivi. Que faire avec ceux qui ne sont pas repérés, ni fichés S, et qui passent à l'acte ? Il faut aussi travailler en amont. Cela a été une erreur de supprimer les renseignements généraux (NDLR : sous le quinquennat Sarkozy). Il faut renforcer le renseignement de terrain et le conjuguer à l'utilisation massive des nouvelles technologies comme le font les Américains. En Israël, cette articulation permet de repérer assez efficacement des signaux faibles, des changements d'attitude par exemple. Je propose la création d'une agence européenne du renseignement. Il y a, à l'heure actuelle, très peu d'échanges de renseignements au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 11 mois

    Pourquoi le salafisme n'est-il pas soumis à la loi sur les sectes ? C'en est une, non ?