Une Journée de la laïcité à l'école, dix mois après les polémiques de janvier

le
1
Enseignement moral et civique dans une classe de 4ème du collège Jean-Philippe Rameau le 7 décembre 2015.
Enseignement moral et civique dans une classe de 4ème du collège Jean-Philippe Rameau le 7 décembre 2015.

Malgré un climat différent, il n’est pas sûr que la « grande mobilisation pour les valeurs de la République », décrétée après les attentats de janvier, suffise à gommer les malentendus.

Les établissements scolaires devaient célébrer, mercredi 9 décembre, une Journée de la laïcité. Cette journée – calée sur le jour anniversaire du vote de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905 – s’inscrit dans la « grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République » décrétée par François Hollande après les attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher. A l’époque, l’école avait été mise en accusation. Des élèves avaient contesté la minute de silence (l’éducation nationale avait recensé 200 cas). Dix mois plus tard, la minute de silence a été respectée partout. Du lundi 16 novembre – premier jour de classe après les attentats de Paris –, on gardera le souvenir d’élèves choqués, dans la peine autant que dans la peur, recueillis, interrogateurs. Personne, cette fois, n’a pointé du doigt l’école. En janvier, branle-bas de combat. En novembre, silence radio. Comme s’il ne s’agissait pas de la même école. Pas sûr, pourtant, qu’une journée de célébration et l’arsenal déployé par l’éducation nationale suffisent à gommer les malentendus mis en lumière par les polémiques de janvier. Et que le « modèle » de la laïcité promu aujourd’hui par les autorités fasse l’unanimité, notamment dans certains quartiers les plus touchés par la relégation sociale et la stigmatisation des musulmans. Le climat a changéEn janvier, ceux qui avaient osé dire « Je ne suis pas Charlie » parce que les caricatures de l’hebdomadaire leur semblaient irrespectueuses de l...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz il y a 12 mois

    Journée pour ci, journée pour là... Complètement inutiles. C'est la réponse quasi unique du pouvoir sos après les attentats de janvier. On voit le résultat.