Une issue pour sortir de l'impasse belge

le
0
Une coalition de huit partis disposant d'une majorité à la Chambre pourrait être formée.

Après 405 jours d'impasse politique, la Belgique se met en vacances avec une lueur d'espoir: les chrétiens-démocrates flamands, parti clé de toute majorité gouvernementale solide, ont accepté de rejoindre la table des tractations. Ils ont du même coup brisé le «pacte du refus» noué avec Bart De Wever, homme fort de la Flandre et chef de file des séparatistes.

L'accord, scellé au milieu des feux d'artifice de la fête nationale belge, porte sur la méthode des négociations, et non pas sur le contenu d'un programme de gouvernement. Mais c'est la première fois qu'une issue se dessine depuis le printemps 2010. «Ne boudons pas notre plaisir: nous avons fait un pas dans la bonne direction», a pu se réjouir Charles Michel, patron des libéraux francophones, l'un des huit partis impliqués.

Le mérite en revient à deux hommes. Le roi Albert II d'abord, qui, à la veille d'une célébration nostalgique, avait lancé une mise en garde remarquée contre le spectacle de désuni

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant