Une histoire d'Euro #1980

le
0
Horst Hrubesch, de dos, est félicité par ses coéquipiers après son doublé face aux Belges (STAFF/AFP).
Horst Hrubesch, de dos, est félicité par ses coéquipiers après son doublé face aux Belges (STAFF/AFP).

Le football a connu un boom économique énorme dans les seventies avec notamment le Mondial 1978 qui s'offre un sponsoring de Coca-Cola pour huit millions de dollars. L'UEFA veut répondre à cette réussite financière de la Fifa en développant son Championnat d'Europe des nations. Il faut augmenter le nombre de matches en phase finale pour plus de rentrées d'argent. L'Italie est le pays organisateur de cet Euro 1980, qui regroupe pour la première fois huit pays pour un tournoi s'étendant sur 12 jours, du 11 au 22 juin. Dans les éditions précédentes, seulement quatre équipes étaient en lice pour la dernière ligne droite.

Mais, à l'occasion de cette sixième session, deux groupes de quatre sélections sont créés. Les premiers de chaque poule vont en finale tandis que leurs dauphins s'affrontent pour la troisième place. L'Italie ne se voit donc pas logée à la même enseigne que les anciennes nations organisatrices et doit disputer plus de matches pour s'emparer du trophée. Cette réforme ne rend ainsi pas service aux joueurs de la Squadra Azzurra. Un comble puisque le président de l'UEFA, instigateur de cette réforme, n'est autre qu'Artemio Franchi, l'un de leurs compatriotes. En lot de consolation, l'Italie est dispensée des éliminatoires (un cap que ne franchit pas une nouvelle fois la France) et se trouve inscrite d'emblée dans l'un des deux groupes de la phase finale.

Faible affluence

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant