Une «fusion» fraternelle des Merah au c?ur de l'énigme

le
0
Abdelkader Merah avait l'ascendant sur son frère Mohamed. Il apparaît comme un idéologue accompli.

L'un apparaît comme un idéologue accompli et l'autre comme l'exécuteur des basses œuvres. À mesure que progresse l'enquête, l'image tutélaire d'Abdelkader Merah marque de son empreinte son frère Mohamed, de cinq ans son cadet. Le «tueur au scooter» présente un parcours d'un personnage à la dérive, sans repère et en situation d'échec. À cinq ans, il voit son père quitter le domicile familial pour se retirer en Algérie. À 16 ans, il abandonne les études et devient un petit voyou fiché pour une quinzaine de dossiers de vols, de violences volontaires et d'outrages. Alain Penin, psychologue qui l'a examiné en 2009, décrit sa mère comme «complètement dépassée dans ses responsabilités éducatives, qui n'a pas pu assurer la sécurité affective de ce garçon, qui a été placé en foyer, en famille d'accueil et en institution».

Abdelkader Merah.
Abdelkader Merah. Crédits photo : HO/AFP

Entre dans le giron familial un beau-père «avec un profil de radical islamiste». M

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant