Une fusillade fait 12 morts à Denver, un suspect écroué

le
0
FUSILLADE MEURTRIÈRE DANS UN CINÉMA DE DENVER
FUSILLADE MEURTRIÈRE DANS UN CINÉMA DE DENVER

par Keith Coffman et Stephanie Simon

AURORA, Colorado (Reuters) - Un homme masqué a tué par balles douze personnes et en a blessé cinquante autres, dont des enfants, en pleine projection dans un cinéma de banlieue de Denver, capitale du Colorado, avant d'être arrêté sur le parking de l'établissement, a-t-on appris auprès de la police.

Selon plusieurs médias, le suspect se nommerait James Eagan Holmes et serait âgé de 24 ans, mais Reuters n'a pas pu confirmer son identité de manière indépendante.

La fusillade a eu lieu vers 00h30, heure locale (06h30 GMT), lors de la projection de "The Dark Knight Rises", dernier épisode de la série Batman, dans un centre commercial de la ville d'Aurora.

L'homme est apparu devant l'écran, un masque à gaz sur le visage, a d'abord jeté une bombe lacrymogène dans la salle, à la faveur d'une scène où des coups de feu étaient échangés, puis a commencé à tirer sur les spectateurs.

"J'ai dit à ma petite amie de se contenter de faire la morte", a raconté Chandler Brannon, un spectateur de 25 ans, qui a d'abord pris les coups de feu pour des feux d'artifice. "Tout ce que je pouvais voir, c'était une silhouette."

Le tireur a monté lentement les marches en choisissant ses victimes au hasard, selon plusieurs témoins, alors que la salle était envahie de fumée.

"IL N'A PAS RÉSISTÉ"

"Lorsque nous sommes sortis du cinéma, c'était le chaos", a rapporté Donovan Tate, un autre spectateur, à la télévision KCNC. "Il y avait ce type qui rampait à quatre pattes sur le sol. Il y avait cette fille qui crachait du sang. Il y avait des impacts de balles dans le dos de certaines personnes, sur les bras de certaines personnes."

"Il y avait ce type qui n'avait plus que ses sous-vêtements. On aurait dit qu'on lui avait tiré dans le dos, ou quelque chose comme cela. C'était fou."

Dix personnes ont été tuées sur place. Deux autres personnes étaient mortes à leur arrivée à leur hôpital, a déclaré Frank Fania, porte-parole de la police, qui a révisé à la baisse un chiffre initial de quatre victimes décédées après leur transfert.

La police a arrêté le suspect, qui n'a pas opposé de résistance, dans le parking situé derrière le cinéma.

"Il n'a pas résisté", a affirmé Frank Fania. "Il ne s'est pas débattu."

APPARTEMENT PIÉGÉ

Le porte-parole de la police a décrit le suspect comme un homme d'une vingtaine d'années, ayant sur lui un couteau, un fusil et un pistolet. Il portait par ailleurs un gilet pare-balles lorsqu'il a été arrêté. Un second pistolet a également été retrouvé dans le cinéma.

La police, qui a fait évacuer l'immeuble où habite le suspect de même que le cinéma, a précisé que son appartement était piégé avec des explosifs assemblés de façon "très sophistiquée".

Des artificiers sont à l'oeuvre. Il pourrait leur falloir des heures, voire des jours pour le sécuriser, a ajouté le chef de la police d'Aurora.

Selon certains témoins, l'homme a pu pénétrer dans la salle, malgré sa tenue voyante, car plusieurs spectateurs étaient déguisés en personnages du film, l'un des principaux longs-métrages hollywoodiens de cet été.

"Il avait l'air d'appartenir à l'armée ou au SWAT (ndlr, unité de police antiterroriste), donc il se mêlait au chaos de la foule", a raconté Jennifer Seeger, une spectatrice, à la télévision NBC. "Il est entré et a jeté (la bombe lacrymogène) et j'ai compris que c'était vrai."

Le président des Etats-Unis Barack Obama, qui a écourté une tournée électorale en Floride, a appelé vendredi les Américains à "être solidaires" avec les habitants d'Aurora et s'est engagé à ce que le responsable, "quel qu'il soit", soit traduit en justice.

"Michelle (ndlr, son épouse) et moi sommes affligés par cette fusillade tragique et horrible dans le Colorado", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Comme nous le faisons dans les temps sombres et difficiles, nous devons maintenant nous rassembler, comme une seule famille américaine."

Les environs de Denver ont déjà été frappés par une fusillade meurtrière en 1999, lors du massacre de Columbine, au cours duquel deux lycéens avaient ouvert le feu dans une école secondaire et tué 12 élèves et un professeur.

Julien Dury et Hélène Duvigneau pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant