Une France belle à moitié

le
0
Une France belle à moitié
Une France belle à moitié

Au terme d'un match dominé en première période par les Bleus, la France s'impose logiquement face à des Danois longtemps trop timorés (2-0). Inspirés pendant 45 minutes, les joueurs de Deschamps ont produit du jeu, et ont en partie rattrapé l'accident brésilien. Lacazette et Kondogbia ont brillé, de bonne augure pour la fin de la Ligue 1.


France - Danemark
(2-0)

A. Lacazette (14'), O. Giroud (38') pour France


Éclaircie. Si le Danemark est effectivement le baromètre des Bleus, alors c'est sur ce message que doit pointer l'aiguille à l'heure actuelle. Après la grisaille venue du Brésil, un rayon de soleil a fait irruption sous la pluie de Saint-Étienne. Alors certes, l'opposition du soir n'était clairement pas du même calibre que la formation brésilienne mise en place par Dunga. Mais avec huit changements de joueurs et un changement de système, c'est toute la mentalité française qui s'est vue transformée. Au cœur d'un projet de jeu un temps ambitieux, les Payet, Giroud, Lacazette et Griezmann ont combiné, ont osé, et ont surtout marqué pour éclaircir l'horizon des Bleus. Brillants en première période, les Français ont en revanche été moins inspirés en deuxième. S'il reste bien sûr encore beaucoup de travail avant l'Euro 2016, en témoigne cette seconde mi-temps un peu plus brumeuse, Deschamps pourra au moins se dire que cette semaine amicale n'en aura pas été inutile pour autant.
La France joue enfin au foot...
S'il y avait des leçons à retenir de la déroute brésilienne, elles ont bien été apprises par les Bleus. Comme après un contrôle raté, la classe de Deschamps s'est remobilisée, et est cette fois plus maîtresse de son sujet. Éducation toujours, c'est sur un mouvement à montrer dans toutes les écoles de foot que la France ouvre le score. Sur une belle combinaison dans la surface entre les élèves Griezmann, Payet et Lacazette, le Madrilène voit Schmeichel détourner sa tentative. Heureusement, le Lyonnais a bien suivi, et fusille le portier danois pour inscrire son premier but sous le maillot bleu (14è). Une réalisation qui récompense un meilleur buteur de Ligue 1 pourtant sifflé par le public de Geoffroy-Guichard.

Mais ce soir, plus que les encouragements, les Français veulent les félicitations. Malgré de la bonne volonté et un allant offensif évident, ni Giroud, ni Lacazette, ni Payet ne parviennent à trouver la bonne réponse face au problème posé par...










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant