Une Française conteste l'interdiction du voile intégral devant la CEDH

le
0
Une Française conteste l'interdiction du voile intégral devant la CEDH
Une Française conteste l'interdiction du voile intégral devant la CEDH

Depuis le 11 avril 2011, il est interdit dans l'Hexagone de porter un voile intégral en public. Mais la loi française est-elle compatible avec la liberté de religion ? Non, estime une jeune Française musulmane de 23 ans, porteuse du niqab, qui a saisi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). La question a été étudiée ce mercredi, mais la décision ne sera rendue qu'en 2014.

Hasard du calendrier judiciaire, cette audience a eu lieu alors que la Cour d'appel de Paris a confirmé mercredi le licenciement, précédemment annulé en cassation, d'une salariée voilée d'une crèche privée, la crèche Baby-Loup, près de Paris.

La requérante estime que la loi viole sa liberté de pensée

Dans l'affaire étudiée par la CEDH à Strasbourg, le débat porte sur la requête déposée par une jeune femme, se faisant appeler par ses initiales S.A.S, contre la loi votée fin 2010. Celle-ci stipule que «nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage», sous peine d'une amende de 150 euros maximum et/ou d'un stage de citoyenneté. La requérante estime que cette loi viole ses droits fondamentaux, et notamment ses libertés de pensée, de conscience de religion et d'expression, ou encore de réunion et d'association.

«Porter la burqa n'est pas un signe d'extrémisme, mais relève purement de la sphère privée», a plaidé l'un de ses avocats, Me Ramby De Mello, devant une salle comble. S.AS., décrite comme «une parfaite citoyenne française, d'un niveau d'éducation universitaire», est «prête à faire preuve de compromis et de flexibilité», a fait valoir un autre de ses défenseurs, Me Tony Muman. «Elle parle de sa République avec passion. C'est une patriote», a-t-il affirmé, regrettant que ce soit «en l'occurrence l'Etat qui crée un problème».

Pour l'Etat français, justement, «il ne s'agit pas d'une loi antireligieuse, mais visant simplement à favoriser la vie en société», a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant